-Roxanne... Hey, Roxanne, lève toi !

 

La blonde se tourna vers le mur et couvrit sa tête avec ses draps.

 

-Prépare toi, Rox', on part dans une demi-heure !

-Hein ?

 

Charlotte était sortie avant que son amie n'ait fini d'émerger. Celle-ci la rejoint dans la cuisine quelques minutes plus tard, habillée, mais visiblement pas réveillée. Le café n'arrangea pas le problème. La jeune fille ne dit pas un mot, et d'ailleurs, elle n'avait rien dit depuis la veille. Charlotte sentait que cette tension avait au moins un effet sur son amie, et aussi, elle ne fit rien pour détendre outre-mesure l'ambiance, d’autant que son esprit était inquiet de l’état dans lequel elle retrouverait sa mère.

Elles prirent la route pour l’hôpital. En arrivant, Roxanne observa les poings serrés et les lèvres pincées de Charlotte. Elle fut tentée de lui lancer une blague ou de lui attraper le bras, mais elle n’en fit rien, ne sachant que trop bien que son amie pourrait bien mal le prendre. Alors elle décida de se comporter avec l’éloignement auquel Charlotte la forçait.

 

-Tu veux que je t’accompagne voir Teri ?

-Non, ça va aller, et tu as ton rendez-vous.

 

Son ton s’est alors durcit.

 

-Il y a besoins que je m’assure que tu y ailles bien ?

-C’est bon, je t’ai dit que j’y allais.

 

Charlotte hocha la tête.

 

-Alors on se voit plus tard.

 

Charlotte prit la direction des chambres sous les yeux de Roxanne. Elle-même se dirigea vers le service où avait lieu son rendez-vous.

Le médecin, une quarantenaire au visage rond, l’écouta sans jugement. Son bureau tranchait avec les couleurs aseptisées du reste du bâtiment. Roxanne se trouva dans une humeur à discuter inhabituelle mais plaisante. La discussion se faisait chez les deux parties. En fin de séance, le docteur donna à Roxanne une ordonnance pour aider à pallier aux effets du manque.

2 (1)

C’est plutôt satisfaite qu’elle entreprit la recherche de Charlotte. Elle ne mit que peu de temps à trouver la chambre d’Ariane, mais mit un petit temps avant d’entrer. 

2 (2)

A l’intérieur, les deux femmes discutaient calmement. Roxanne frappa à la porte et entra. La chambre était simple, dans des tons gris. Charlotte était assise sur un fauteuil d’osier, face à sa mère, allongée sur son lit, à peine redressée. 

2 (3)

Ses beaux cheveux longs et brun avaient cédés la place à un crâne lisse, pâle au possible. Il sembla à Roxanne que les creux des rides et des joues de la femme avaient doublé en quelques mois.

La jeune femme prit parti de combattre ses émotions en serrant la mère de sa meilleure amie dans ses bras. Teri, malgré la maladie, affichait un sourire chaleureux qui réconfortait sans doute les deux jeunes femmes.

 

2 (4)

-Ça fait plaisir de te voir, Roxanne, j’ai l’impression que ça fait une éternité que l’on ne s’est pas vu !

-Et moi donc !

-J’aurais adoré venir te voir danser. Je suis désolée, je n’ai pas eu le temps. Tu es sur un nouveau projet ?

-Oui, enfin, on répèt’ pour l’instant. Mais tu pourras venir, quand on sera prêt !

 

Un voile passa sur les yeux d’Ariane, mais elle se reprit aussitôt, affichant un sourire étincelant. 

2 (6)

-Ca me ferait très plaisir. Dès que je le peux, je viendrais te voir, c’est promis.

 

Charlotte se redressa, un peu soudainement.

 

-Je vous laisse, je vais chercher un café.

2 (7)

 

Le sourire d’Ariane s’atténua.

 

-Oui, pas de soucis.

 

Elle la suivit des yeux alors qu’elle disparaissait dans le couloir. Sans regarder Roxanne qui s’installait dans le fauteuil d’osier, elle s’adressa à elle :

 

-Elle a du mal à accepter tout ça, n’est-ce pas ?

-Tu es sa mère. Ça lui fait peur de te voir malade.

-Et pourtant elle tient à venir me voir. Cependant je parle aussi vis-à-vis de toi.

 

Roxanne se redressa, surprise, mais Ariane ne s’interrompit pas.

 

-Toi et moi, on lui crée beaucoup de soucis en ce moment, tu ne crois pas ?

2 (9)

-Si… J’imagine que si.

-Je peux te confier quelque chose, Roxanne ? Quelque chose que tu ne lui diras pas.

-Euh… Oui… D’accord.

-Je ne veux pas t’alarmer, d’accord ? Je vais bien, et quand je te dis ça, je le pense sincèrement. Mais s’il devait m’arriver quelque chose, un jour, …

-Oh, non, Teri, s’il te plait…

 

Cette dernière eut un léger rire.

 

-Je sais, c’est ridicule. Excuse-moi, je t’embête beaucoup…

 

Roxanne soupira.

 

-Vas-y, je t’écoute.

-Bien… Tu sais… Toi et moi, on est la seule famille qu’elle ait, tu le réalises bien ?

-Donc si… Si tu mourrais… Tu me la confies, en gros, c’est ça ?

-Ça serait trop dur à porter pour toi ?

-Non… Bien sûr que non. Chach est ma meilleure amie. Et ma demi-sœur aussi, il paraît.

 

Roxanne rit à cette dernière remarque.

 

-Tu me dis ça parce que tu veux me donner une raison de guérir, hein ?

 

Ariane sourit.

 

-Je te dis ça pour que tu vois que tu as mille et une raison d’aller mieux. Ce n’est pas moi qui te les donnes, tu ne les dois qu’à toi. Charlotte va t’aider, tu sais ? Tes mères aussi, si tu le souhaites.

-Je sais… Moi aussi je peux te parler ouvertement ?

-Bien sûr.

-En comparaison avec toi, ou avec Charlotte, j’ai vraiment honte, tu sais.

2 (10)

-De quoi ?

-Chach, elle est forte, elle peut accepter beaucoup. Et toi, tu te bats et tu as toujours le sourire. Mais moi, je n’ai pas le courage. C’est comme si je me noyais, et que chaque aide qu’on me propose équivalait à écraser un peu plus mes poumons.

-Tu as envie d’arrêter ?

-… Je ne veux pas faire de mal à Charlotte.

-Ce n’est pas ma question, est-ce que tu veux combattre ton addiction ?

-Oui ! Bien sûr, oui !

-Alors tu as déjà fait un petit bout de chemin dans le processus de guérison, et maintenant que tu as fait un peu de route toute seule, il faut que tu reposes un petit peu sur des gens qui peuvent te porter. Tu dois avoir des gens à qui parler de tes rechutes -parce que tu vas forcément avoir des rechutes- et de tes victoires.

-Et toi, qui te porte ? Tu ne laisses pas Charlotte t’aider !

-Charlotte est ma fille, ce n’est pas son rôle. Mais rassure-toi, j’ai de bons soutiens.

 

Dans la voiture, Roxanne fut bien silencieuse.

3

 Elle ne pouvait s’empêcher de réfléchir à tout ce qu’Ariane lui avait dit. Arrivées à la cabane, elle proposa à Charlotte de l’aider à réviser. Elles s’installèrent sur la terrasse et très vite les révisions passèrent aux discussions comme si les derniers mois n’avaient jamais existé pour aucune des deux filles. 

4 (3)

Elles conclurent leur soirée devant un film, affalées sur le canapé, équipées d’un plateau-repas.

4 (9)

Charlotte remarqua la main tremblante de Roxanne, mais ne releva pas. Lorsque le film se conclut sur le générique, Charlotte bailla longuement, tout en déplaçant la tête de Roxanne qui s’était endormie contre ses cuisses. 

4 (10)

Elle baissa les yeux sur son amie qui dormait déjà à poings fermés.

 

 

 

-Dors bien, Rox…

4 (11)


Bonjour tout le monde!!!! 

Est-ce que j'ai réussi à encore plus vous alarmer sur Ariane? C'était vraiment pas le but, hein x)

Premier chapitre que j'écris depuis mon retour chez moi! J'espère m'être suffisemment bien remise dans le bain pour avoir récupéré mes personnages correctement! Et d'ailleurs je tombe à point, puisque mercredi, le blog fête ses 3 ans! Qui sait? Peut être se passera-t-il quelque chose de plaisant?

J'en profite pour vous inciter à faire un tour sur la page d'acceuil du blog que j'ai un peu modifier pour la remettre à jour (3 ans et 7 générations plus tard, il était temps!). Aussi je suis entrain de corriger mes erreurs sur mes premiers chapitres! Histoire de rendre tout ça plus lisible! Je ne change rien dans ce qui est écrit, sinon quelques tournurent de phrases maladroites! 

Sur ce, je vous dis à la semaine prochaine! Cia-Ciao!!!!! :D