Screenshot-176

Il y a presque vingt ans, la Ligue naquit dans le but de faire un marché avec le gouvernement, pour permettre plus de droit pour les mutants. Ils parvinrent à supprimer la peine de mort en 3 ans, peu après l'attaque du bunker, et lancèrent un projet de vaccination des mutants, ainsi que d'annihilation des gènes mutés directement dans l'ADN des fœtus. Chez les fœtus, l'expérience consistait à mélanger l'ADN de deux sorcières, généralement puissante, qui serait utilisé pour féconder une ovule comme lors d'une fécondation in vitro, ce qui permettait la manipulation du gène muté. Le fœtus se développerait grâce à une mère porteuse, souvent une sorcière à qui l'on proposait de devenir mère porteuse en échange d'une sortie de prison. Ariane fut un des premiers choix de mère porteuse, de part la nature de ses dons. Elle fut la mère de trois des cinq sujets, dont le sujet A.

 

Le sujet A, Abigail, naquit 2 ans après le début du marché avec le gouvernement. L'enfant développa une malformation artério-veineuse et mourut, malgré sa radiochirurgie, le seul traitement alors possible mais qui n'est efficace qu'après 2 ans. Elle était âgée de 8 mois d'une hémorragie

 

Le sujet B s'appelait Betty. Elle vit le jour 6 mois après Abigail. La manipulation de son ADN avait été raté, et on décela une activité magique chez elle a ses 1 ans. Elle devint alors cobaye pour la vaccination, mais elle accepta mal le vaccin, encore en développement, et tomba malade. Comme il était impossible de la soigner, on abrégea ses souffrances.

 

Le deuxième sujet auquel Ariane donna naissance fut le sujet C. Moi, Charlotte. Et à ce jour, seul moi et le sujet D, Donna, furent concluant. Éloïse, de trois ans ma cadette et dernière enfant d'Ariane, était morte-née de malformation cardiaque congénitale.

Comme Betty, j'étais issue du mélange d'ADN de Emily Gacyle (Dickinson, aujourd'hui) et Milah Jones. Une sorcière puissante et une sorcière moyenne ou puissante, c'était le deal. L'ADN de Emily Gacyle avait aussi permit la création d’Éloïse.

 

A un an déjà, alors que Donna et Éloïse voyaient le jour (brièvement, pour ma petite sœur), j'étais déjà devenue source d'espoir chez les équipes de recherches du laboratoire où je grandissais. Ariane, comme la seconde mère porteuse, ne pouvait voir ses enfants que par les vitres de nos chambres d'observation.

Screenshot-37


Les années passaient, et seules Donna et moi survivions. Nous étions les essais concluant. Depuis derrière la vitre, ma mère découvrait avec moi ma passion pour la musique et pour la danse. Je ne présentais toujours pas d'activité magique non plus, et ce n'était pas plus le cas de la deuxième survivante.

Screenshot-43

Il se posa alors la question de l'éducation des enfants. Il fut décidé de les mettre en contact avec le monde extérieur et de tenter de développer leurs sources d’intérêt. « Nos » sources d'intérêt. Ariane eut enfin l'autorisation de venir me prendre dans ses bras. 

Screenshot-45

Ce fut notre premier contact, et ma toute première étreinte. J'avais 4 ans. 

Screenshot-49

Ce fut aussi l'époque où le hasard me mit sur le chemin de ma sœur de gène, Roxanne, qui devint mon amie, alors que ma mère se liait d'amitié à Kanru sous le nom de Teri Turner, afin de s'assurer de ne pas révéler sa présence à ses anciennes élèves. 

Screenshot-55

Je prenais aussi des cours de danses classique, sur ma propre demande.

Screenshot-54

J'aimais aller à le Rhéa, chez Roxanne, sa maison était très grande, et je pouvais courir à droite à gauche comme j'en avais envie. J'étais un peu casse-cou, entraînant Roxanne dans mes bêtises, mais aussi dans ma passion de la danse.

 

Et puis j'ai obtenu le concours de danse du conservatoire. Le laboratoire, sous condition d'un suivi, m'autorisa à quitter les chambres d'observations pour partir vivre avec ma maman, dans un petit appartement de la capitale, où je suivais mes cours. Ma vie se résumait à la discipline et la rigueur de la danse, mais j’échangeais encore des mails avec Roxanne, et nous nous voyons, pendant les vacances. 

Screenshot-91

Nous adorions aller patiner sur les lacs gelés, l'hiver.

Screenshot-96

Roxanne intégra à son tour le conservatoire, grâce à l'aide et aux cours de sa professeur de Twinbrooke, qui croyait dur comme fer au potentiel de son élève. Nous étions heureuses de nous retrouver, mais très vite, notre joie se transforma en galère commune dans les cours de danse, toujours plus exigent. Bientôt, un concours aura lieu, et la gagnante obtiendra le premier rôle d'un ballet.

Cependant, en ce moment même, ma préoccupation est à la fête qui se joue et son dénouement pour moi. Ce genre d’événement me rappel que je ne suis qu'une expérience, un essai.

 

Screenshot-152

Un feu d'artifice à été tiré, pour l'anniversaire de la présidente. Selon ma mère, qui connaît bien notre dirigeante, ce fut un de ces rêves d'adolescente. Le hasard à fait qu'elle et sa femme se trouvent être les sorcières dont est issu mon ADN. Mais je ne les connais pas. Je ne les ai jamais vu de ma vie. Je ne connais que leur fille, que je considère comme mon amie. A mes yeux, Ariane est ma mère, et Abigail, Betty, Donna et Éloïse sont mes sœurs.

Les gens ont soudain un mouvement de surprise alors que l'explosion retentit. A ma droite, j'entends une voix féminine. « Oh ! La belle rouge ! » 

Screenshot-154

Une nouvelle fusée explose bientôt. La musique se fait plus gaie. De tous côté, les visages sont illuminés de couleurs aussi variées que belles. Je me laisse surprendre par le sifflement d'une nouvelle forme de fusée. Celle ci tourne sur elle-même en crachant une fumée colorée dans le ciel. J'entends un éclat de rire. Mon regard se promène dans la foule.

Screenshot-127

Pas de visage connus, sinon celui de ma mère, derrière moi, qui pose sa main sur mon épaule. Le bouquet final arrive bien vite. Mon rythme cardiaque s'accélère. Le spectacle est grandiose. Bientôt, le son s'éteint, les lumières se rallument et la foule applaudit à tout rompre. La foule se tourne vers la rambarde de l'hôtel de ville où notre présidente va se présenter. 

Screenshot-129

Je sers les poings. Je suis dans la foule, je me tiens bien à ma place. Madame Dickinson s'avance, saluée ou sifflée par la foule.

Screenshot-124

Derrière elle, Milah reste en retrait. Il paraît que j'ai ses cheveux et sa peau. La présidente prend la parole. Elle commence un discours d'anniversaire des plus classique. Tout ces débats politiques ne m'intéressent pas. Il est bientôt question du vaccin qui est lancé depuis quelques mois et qui semble couronné de succès.

Screenshot-130

-...D'autres expériences tenues secrètes depuis 18 ans semblent à présent se révéler fructueuse. La collaboration de la Ligue et de l'ancien gouvernement fut basée sur cette expérience qui consistait à isoler et annihiler le gène muté chez des enfants issus d'un croisement de deux sorcières. Deux enfants sont issues de ce succès, et évoluent depuis 15 ans parmi vous.

 

Le foule râle. J'entends des contestations. Comme quoi le gouvernement est inconscient, que nous sommes dangereuses. Je tremble. Maman s'agite aussi, mais reste à mes côtés.

Screenshot-133

Donna aussi est dans la foule, quelque part. Emily tente de calmer la foule.

 

-Ces filles peuvent être considérées comme des non-mutantes, à cela près qu'il leur est impossible de transmettre le gène, contrairement aux autres mutants. Il vous sera impossible de les différencier des non-mutants, et pourtant, elles sont parmi vous, ce soir.

 

Tout le monde bouge. Les projecteurs se ballade dans la foule. Le premier s'arrête sur Donna, et peu après, le second s'arrête sur moi. La foule s'écarte autour de moi, comme si j'étais un monstre.

 

-Je vous présente Donna Marble et Charlotte Turner.

 

La foule s'agite. 

Screenshot-138

On indique à l'oreillette de la présidente qu'elle doit ou calmer le jeu, ou mettre fin à son discours. Elle choisi la seconde option. On demande à la sécurité de nous évacuer, Donna et moi. Nous sommes escortés vers nos voitures et quittons la place. Dans la voiture, assise à côté de ma mère, je m'écroule en pleurs. Ce fut un échec. Je suis un sujet d'expérience, mais hélas pour eux, j'ai des émotions.

 

Dans la semaine qui suivit, la presse tenait à me prendre en photo au côté de mes mères génétiques. J'ai l'impression qu'ils veulent faire de moi la fille de la présidente, ce qui me semble déplacé vis à vis de Roxanne. Mais je comprends aussi qu'il en va de l'image que Donna et moi sommes, pour le reste du pays et du monde. Il faut que je joue le jeu des interviews, mais je m'assure auparavant auprès de la présidente qu'il ne sera jamais question de me présenter comme la fille de celle-ci. Elle paraît étonnée, mais elle accepte. Elle non plus, elle n'a pas le choix. C'est sa crédibilité qui se joue.

Screenshot-191

Roxanne sait elle ce que sa mère fait ? Elle ne sait pas pour moi, j'en suis certaine, et j'ai peur de sa réaction, maintenant que je suis exposée. Elle va le savoir.

J'arrive au pied de mon immeuble. D'instinct, je me tourne vers le 3e étage. C'est là que je vis, près des docks, à la limite de la banlieue. J’aperçois du mouvement par la fenêtre du salon. Maman est sûrement rentrée. Je passe mon badge devant le capteur et entre dans le hall. Je décide de prendre l'escalier, plus rapide que l’ascenseur. En montant, je réfléchis qu'il faut que je fasses mes étirements. Je mets la clef dans la serrure.

 

-Je suis rentrée !

-Teri n'est pas encore là.

Screenshot-195

Je sursaute et me retourne, puis soupir, à moitié soulagée.

 

-Tu m'as fait une de ces peurs, Rox' !

 

Elle ne répond pas, elle a l'air excédée. Ses yeux sont pleins de reproches que je ne parviens pas vraiment à déchiffrer. Je baisse les yeux. Elle reste silencieuse un long moment, les mains croisées, son pied battant le rythme de sa colère. Je ne supporte plus ce silence. Je murmure.

 

-J'aurais dû te le dire...

-Ouais. Ouais t'aurais sacrément dû.

-... Tu m'en veux ?

 

Elle ne répond pas mais se tourne vers les fenêtres.

 

-Rox', s'il te plait ! Dis moi que tu m'en veux pas ! J'y suis pour rien, tu le sais, non ? C'est pas ma faute ! J'avais pas le droit de le dire, on m'aurait enfermée, à nouveau !

-Et toi tu trouves rien de mieux à faire que de te rapprocher de ta demi-sœur !

Screenshot-197

-Comment tu voulais que je saches ? On était gamines ! T'étais juste mon amie.

-Je suis ta sœur, bordel.

Screenshot-198

-Pas vraiment... moi, ma mère c'est Teri, toi tu as deux mères et une tante. On ne fait que partager des gènes, tu es toujours mon amie.

 

Je vois d'un coup le visage de Roxanne se décomposer, sur le point de craquer. Elle se détourne pour cacher son visage et je la suis.

 

-...Bordel... T'es plus leur fille que moi.

Screenshot-199

 Je fais « non » de la tête. Pourquoi est-ce qu'elle croit ça ? Dans un autre monde elle aurait pu être heureuse d'apprendre que sa meilleure amie était en réalité sa sœur... Pourquoi ça ne marche pas comme ça ?

Screenshot-200

-... Tu sais que c'est faux. Tu devrais leur parler. Elles t'expliqueraient mieux. Je suis juste l'expérience, tu sais. Je sais même pas si l'on peut me considérer comme un humain. J'ai été crée de toute pièce, on a choisi mon ADN, on a choisi de le modifier, comme si c'était un jeu. Comme si j'étais un robot dont on sélectionne des pièce. C'est ce que je suis. Je ne suis pas la fille d'Emily et Milah. Je ne suis pas ta sœur, même si j'aurais adoré. C'est comme ça.

 

Roxanne me regarde avec intérêt. Je lui sourit gentiment.

 

-Et ça te va ?

-Quoi ?

-Être un « robot », comme tu dis.

 

Malgré moi, cette remarque me fait rire. Je m'assoie à ses côtés.

Screenshot-202

-C'est pas comme si j'avais eu d'autres choix ! C'est qui je suis, ça me va. J'ai mes amis, j'ai ma famille, et c'est bien comme ça.

-Donc ils ont financé des recherches, ils ont financé toute ton éducation, et même cette appartement, c'est ça ? Et cette recherche va se terminer, non ?

-Et bien... Je suppose qu'ils n'ont plus besoins de continuer de me tester, maintenant. Il y aura sûrement de nouveaux bébés bientôt, crées sur mon modèle, mais sans la sélection et le « jeu » avec l'ADN.

Screenshot-204

-Qu'est-ce qu'ils vont faire de leurs versions d'essais, alors, maintenant qu'elles sont devenues inutiles ?

-Je...J'en sais rien.

 

Roxanne se jette dans mes bras puis saute sur ses pieds. Aussi étonnée que je suis, je ne peux m'empêcher de me dire que j'aime beaucoup cette capacité qu'elle a à changer d'émotions et d'attitude du tout au tout.

Screenshot-208

-Tu sais quoi, Chach ? J'aurais adoré que tu sois ma petite sœur. Mais faut vraiment que j'en parle avec mes mères !

 

Elle fait alors demi-tour et disparaît en courant dans la cage d'escalier. Je cris après elle :

 

-ATTENTION ROXY !...

 

En réponse au son brut que j'entends et à la petite plainte qui s'élève, je termine ma phrase.

 

-Ne cours pas dans les escaliers, espèce de maladroite.

 



Ah que coucouuuuu!!!

 

Bon, fin du prologue, on va enfin pouvoir commencer. Qu'est-ce que vous pensez de mes deux petites? 

Je ne vous avais pas encore présenté Roxanne, la voici: Elle est étonnement blonde. Incroyable. 

Screenshot-108

Screenshot-110

 

 

Les deux commencent à être plutot douées en patinage, ça les a beaucoup occupé pendant les journées où l'école était fermée... Toute leur enfance, en fait. 

Screenshot-107

 

Emil a obtenu 5 étoiles de célébrité, ce qui fait qu'elle a terminé son SLT, et du coup je lui ai offert une lampe de génie. Pour l'instant, elle a obtenu deux fois 200 000 simflouz (comme si j'en avais vraaaaiment besoins ^^) et elle tape la discute avec sa nouvelle pote, le génie!

Screenshot-90

 

Je vous ai présenté Bling? Il a rejoint ses copains les nains! Merci pour le cadeau, Kalou! C'est le 6e de ma collection!
Screenshot-38

Je vous montre d'un peu plus près ce que sont devenues Emily et Milah. Elles sont toutes les deux adultes maintenant! 

Screenshot-189

Screenshot-190

Plus, que pensez vous de la déco? 

A la prochaine ;)