Screenshot-167

La rouquine poussa la porte et contourna le lit noir et verts, puis s'arreta à quelques pas de sa mezzanine. Elle leva la tête vers sa guirlande lumineuse, suspendue au dessus de la fenêtre. Demain, elle reprendrait les cours, mais il lui restait encore une soirée de vacances. 

Screenshot-168

Elena n'était pas encore revenue à l'Académie, mais Riley était en train de lire dans la bibliothèque. Emil se leva. Il lui restait 5 mois de cours, après, elle serait à nouveau en vacances. Milah et Riley avaient une épreuve anticipée de bac cette année, mais Emil doutait de l’intérêt qu'avait la jeune blonde à avoir son bac. Si Riley avait le même âge qu'Emil, elle avait cependant sauté une classe. Cela était loin d'être le cas de la jeune rousse qui parvenait difficilement à maintenir ses notes entre 7 et 10. Heureusement pour elle, elle s'était prise de passion pour la philosophie et la littérature. Elena quant à elle passerait son brevet, et l'aurait sans difficulté, étant donné qu'elle suivait le même programme que les lycéennes.

Screenshot-169

La main d'Emil glissa de son étagère vers le bureau vide et propre de Riley. L'heure des cours n'était pas venue, peut être pouvait-elle essayer dans savoir plus sur la mystérieuse Riley. En réfléchissant bien, s'il devait y avoir un espion dans l'Académie, cela ne pouvaient-être que Riley ou Milah, mais Milah serait un terrible choix, elle était bien trop impulsive, incapable de se contrôler elle-même. Le rail du tiroir glissa et Emil en sortie un cahier, qui paraissait bien vieux. Une feuille de peuplier glissa d'entre les pages. Ouvrant délicatement le cahier, Emil comprit qu'il s'agissait d'un herbier. Une écriture d'enfant indiquait le nom de chaque plante dont étaient issu les feuilles ou les fleurs. Elle trouva la page du peuplier et remis la feuille à sa place. Elle posa sa main sur cette page et ferma les yeux. Doucement, elle se sentait partir. La sensation était à la fois effrayante et agréable.

 


 

 

1 (4)

-Et donc, qu'a dit le médecin ?

-Pas grand chose papa, Il ne voit pas d'origine au fait que Riley soit aphone.

-Il l'a même accusée de volontairement refuser de parler, mais quand même, elle n'a jamais dit un mot !

-Tu sais ma petite Riley, je crois que si c'est le cas, tu fais du souci à tes parents pour pas grand chose. Est-ce que tu pourrais parler, si tu le voulais ?

1 (5)

 

L'enfant leva la tête de son assiette et regarda son grand père dans les yeux, sans même hocher la tête. D'un air entendu, son grand père n'attendit pas de réponse. Peut lui importait que Riley parle ou non, elle n'en avait jamais eut besoins, pourquoi vouloir à tout prix « remédier » à ça ?

1 (3)

Depuis aussi longtemps qu'elle s'en rappelait, papi René vivait avec eux, ou bien était-ce son père qui n'avait jamais quitté la maison de ses parents ? Comme il était retraité, il avait le temps de se consacrer à ses deux petits trésors, comme il les appelait : le jardinage et Riley.

 

-Allez ma grande, c'est à ton tour de débarrasser, aujourd'hui !

 

Aussitôt dit, aussitôt fait, Riley traversa le jardin en courant pour rejoindre la véranda, où elle entra un peu brusquement

 

-chhht, Riley, voyons ! Je t'ai déjà dit que ces fleurs avaient besoins de calme et d'amour pour pousser, pas de portes casser ou de brouhaha...

2 (1)

La petite fille se laissa tomber au sol, derrière son grand père. Il était en train de planter un jeune pied de « cœur de bœuf », qui trônait dans un pot trop petit pour lui. Riley aimait tellement les fleurs de son grand père, et elle aimait encore plus le fait de pouvoir cueillir des fruits et les manger en appréciant les couleurs, les odeurs et la chaleur douce du soleil. Parfois, le brumisateur d'eau s'activait et aspergeait une légère rosée sur les plantes. 

2 (2)

Papi René parlait à sa plante alors qu'il la mettait en terre. La petite fille se pencha en avant, mais attendit l'approbation du vieil homme avant d'arracher une feuille du plant. Elle pourrait le mettre dans son cahier, à côté de la feuille du peuplier.

 

L'année suivante, Riley rejoignait l'Académie. Elle ne voulait pas y aller. S'éloigner de sa famille était pour elle un calvaire, et encore plus lorsqu'il s'agissait de se trouver face à des inconnus qui allaient lui demander de parler ou de faire des signes. Apprendre la langue des signes ne l’intéressait en aucun cas. Elle trouva vite ce que Sarah appelait « le salon calme » fort à son goût, avec sa jolie décoration et sa petite véranda où reposaient quelques plantes, mais la majeur partie du temps, les filles devaient se contenter du salon principal ou de celui de l'étage, avec la grande cheminée. Elle savait que Sarah avait du mal à comprendre l'enfant, mais elle n'avait pas l'intention de lui faciliter la tache, elle n'avait aucune raison de le faire. Elle s'asseyait sur un fauteuil du salon avec un bon livre et pouvait y rester des heures.

 

-Riley, choupinette, ça fait déjà 5 mois que tu es arrivée, et tu n'essaies même pas d'aller vers les autres filles ? … Qu'est-ce qui ne va pas ?

3

Pourquoi fallait-il que quelque chose n'aille pas ? Elle n'avait juste pas envie.

 

-Ecoute Riley, je veux bien faire un effort, mais s'il te plait, faits en un aussi de ton côté ! Je veux pouvoir communiquer avec toi !

 

C'était une remarque maladroite et culpabilisante. Riley n'aimait pas Sarah, pas plus qu'elle n'aimait l'Académie. Elle ne ferait pas « d'effort » pour elle. D'ailleurs, elle ne lui avait jamais demandé d'en faire. L'enfant se leva et ferma son livre avant de se diriger vers l'escalier pour monter au deuxième salon. Elle serait mieux ici, pour lire.

 

Quelque temps plus tard, Papi René fut diagnostiqué d'un cancer. Il mourut dans les trois mois qui suivirent. 

4 (1)

Si cela fut un coup dur pour son père, ce fut un vrai choc pour Riley. Il était la seule personne avec qui elle avait de vrai dialogue, des dialogues intelligents, ceux qui font parler le corps. Désormais, elle réalisa que cela n'arriverait avec personne.

4 (2)

Le soir même, elle acheta un livre sur la langue des signes, puis rangea son herbier dans un tiroir de son bureau.

 


 

Screenshot-170

Un grincement sortit Emil de sa torpeur. Elle remit vite le cahier dans le tiroir qu'elle ferma. Riley venait entra à ce moment dans la chambre. Avait-elle vu Emil ? Finalement, cela semblait importer peu à Riley. Emil soupira :

 

-Salut Riley ! Ca va ?

 

Screenshot-171

La petite brune s'approche d'un pas vif et agrippe le bras de la rousse, qu'elle attire vers l'étagère, sur sa gauche. Emil pensait avoir été vue, mais attend d'en avoir la confirmation. Riley attrape une feuille et un crayon, sur l'étagère, puis commence à griffonner. La première phrase, écrite d'une main tremblante et avec anxiété provoque un frisson chez Emil : « J'ai besoins d'aide ».

Screenshot-172

-Qu'est-ce qu'il se passe, Riley ?

 

Riley, écoutée, semble déjà rassurée. Elle attrape à nouveau le crayon et écrit, à la ligne : « Je peux nous trouver un allié, contre les vaudous, mais je ne peux pas y aller seule. C'est trop dangereux. »

 

Screenshot-178

-Attends, Riley, je comprends pas, tu veux le trouver où ton allié ? C'est qui ? Pourquoi c'est dangereux ?

 

Riley se penche sur sa feuille, en plein doute. « Fais moi confiance, je ne peux pas t'en parler. »

 

-Mais attends, Riley, tu me demandes de prendre un énorme risque ! Et il y à l'espion, qu'est-ce qui te dit que c'est pas moi ? Qu'est-ce qui me dit que c'est pas toi ?

 

Screenshot-176

Riley semble abasourdie. Ne sachant que répondre, elle semble se fâcher, son visage s'exprimant là où sa voix ne le pouvait. Finalement, elle se calma et montra une nette hésitation, ses yeux devinrent humides.

 

-Riley, ça va pas ?

Screenshot-177

 

 

Elle attrapa à nouveau la feuille et griffonna, hésitant sur certains mots. « Il faut que tu m'aides » Elle marqua une pause, puis écrivit à la suite : « Ils retiennent Isaac, mon petit ami ».

 


 

 

5

Suite à la mort de son grand père, Riley ne supportait plus l'atmosphère de l'Académie. Elle n'avait pas besoins de tous ces cours, elle maîtrisait ses pouvoirs, elle s'ennuyait à mourir en cours. Alors elle fuguait, autant qu'elle le pouvait. Une à plusieurs fois par jour. Au fur et à mesure du temps, elle avait prit des habitudes, comme par exemple le belvédère de Hidden Spring. Elle avait un peu plus de 13 ans lorsqu'il était venu à elle.

 

-Hey, salut ! Toi aussi tu viens souvent ici, hein ?

 

Riley se retourna. 

6 (1)

Il s'agissait d'un jeune homme, de 2 ou 3 ans son aîné. Il avait les sourcils durs, mais un regard pourtant doux. Elle porta sa main ouverte à son menton puis la tendit en direction de l'inconnu. 

6 (3)

C'était le signe du « bonjour ». Le garçon eut un petit rire, de sa voix qui n'avait sûrement pas finit de muer, légèrement cassée. L'effet de ce rire fut très étrange sur la bien jeune Riley, qui rougit. Il ne comprenait pas la langue des signes, elle ne parlait pas. Suite à leurs multiples rendez-vous, ils finirent par apprendre à se comprendre, par la gestuelle et par les expressions. Ils étaient heureux, ensemble. Il l'avait une fois raccompagnée à l'Académie. Le déclic se fit alors dans la tête d'Isaac.

 

-Merde, Riley, t'es une sorcière !

 

Il avait dit ça comme une révélation, jetant un froid, d'un coup. Comment pouvait-il connaître le rôle de l'Académie ?

 

-Mais merde, Riley... Bordel, t'aurais pu être n'importe qui, et t'es une sorcière ? Non !

 

Riley baissa les yeux évitant son regard. Très vite, elle sentit les mains d'Isaac sur ses joues.

 

-Excuse-moi, Riley, je veux pas te faire peur, je suis désolé....

 

Il y eut un temps de silence.

 

-On ne devrait pas être ensemble.

 

Riley planta son regard paniqué dans les yeux de Isaac. Pourquoi ? Pourquoi pas ?

 

-Je suis vaudou, Riley, et toi tu es sorcière. Ca ne va pas bien finir, j'en suis sûr.

 

Riley niait en bloc. Et leur relation continua, plus discrètement qu’auparavant, cependant. Mais petit à petit, ils oublièrent la menace.

 

-Eh, princesse, ça te dit de visiter mon château ?

6 (4)

Riley fut surprise. Entrer dans le QG des vaudous ? Cela n'avait jamais été permit à aucune sorcière. C'était un drôle de bâtiment, les pièces s'enchaînaient sans couloirs. 

7 (1)

De l'entrée, elle passa dans une salle qui semblait habilité à la création de potions, puis une sorte de bureau où se trouvait un escalier qui menait aux chambres.

Le bâtiment était vide. Isaac expliqua que les autres étaient en sortie,mais n'en dit pas plus. Isaac n'avait en fait aucun pouvoir, il était juste « fils de ». Il n'avait donc aucune valeur aux yeux des « vrais » vaudous, ceux qui possédaient un pouvoir. 

7 (2)

Les chambres du bâtiment étaient très sombres, dénudées. Chacun avait une baignoire dans sa chambre. Finalement, en visitant le grenier, ils décidèrent de s'y installer. 

7 (3)

La pièce était calme. Isaac s'installa sur une chaise alors que Riley monta sur une mezzanine, chargée de paille. Isaac et elle « parlèrent » pendant quelques minutes. Ils n'entendirent pas la voiture arriver et les pas qui montèrent les escaliers. Lorsque la porte s'ouvrit, Riley et Isaac sursautèrent. 

7 (4)

La femme qui venait d'entrer était bien étrange. Elle rappela immédiatement Eira à Riley. Isaac se dressa, se tenant droit. Avait-il peur d'elle ? Riley descendit, par l'échelle, et courba la tête, en signe de respect et d'excuse pour sa présence non tolérée. L'étrange femme posa sa main sur son cou et soupira, en grimaçant.

Isaac (1)

-Isaac, tu me déçois sérieusement ! Je crains qu'il faille prendre des mesures.

-Mais, Cynad, c'est juste ma petite amie, elle n'a rien fait !

-Ta petite amie est une sorcière, abruti.

 

Avant que Riley ne comprenne ce qu'il lui arrive, elle se trouve immobilisée par une force qui la dépasse. Alors en proie à la panique, ses pieds se décollent progressivement du sol, puis, malgré elle, se déplace vers la porte, suivie par Cynad, qui ferme la porte a clef à sa suite. Riley, incapable de bouger, comprend qu'elle a affaire à une puissance de loin supérieure à la sienne. La jeune fille s'écroule en pleurs, alors que la femme vaudouiste lâche son emprise dans le bureau, en bas des escaliers.

7 (5)

 

-Eh bien, jeune fille, qu'allons nous faire de toi ?

7 (6)

Le ton n'est pourtant pas menaçant, juste cynique, inquiétant. Des éclairs jaillissent du sol et viennent entourer la femme en noir. Riley tente de continuer de se tenir droite et forte, malgré les larmes qui coulent sur ses joues. Dans quelle merde s'est-elle mise ? La vaudou dévisage la jeune fille.

 

-Tu sais à quel point je me fiche de ton « copain », n'est-ce pas ? Mais pas toi, toi, tu l'aimes. Bien, c'est très intéressant tout ça. De plus, tu vas et viens à ta guise, dans ce lieu qu'ils nomment « Académie »... Alors tu seras mes yeux. Je veux tout savoir. Chaque personne qui franchit le pas de ta soi-disant école, chacune de leurs capacités, et chacune de leurs faiblesses.

7 (7)

Elle attrape le visage humide de Riley, alors obligée de regarder l'ennemie dans les yeux.

 

-Si à un moment je me rends compte que tu me mènes en bateau, il mourra.

 


 

 

Emil avait accepté. Elle savait que c'était une mauvaise idée, mais elle ne pouvait pas laisser Riley et son copain dans une telle détresse. Mais la condition était d'attendre la fin des cours du lendemain, ce après quoi elles pourraient sortir pendant qu'Ariane s'occupait de l'administration.
Les cours s'enchaînaient, tous plus ennuyeux les uns que les autres. La philosophie manquait terriblement d'endormir la rouquine. Dire que dans un cursus normal elle aurait pu éviter ça, au moins un peu. Pendant le cours de français, Riley et Elena s'étaient installées sur les ordinateurs, mais Milah et Emil avaient du retard à rattraper. Aussi, alors qu'Ariane dictait la leçon, Emil remarqua l'air énervé de la jeune blonde. 

Screenshot-181

Elle eut d'abord le réflexe de pousser un soupir. Milah la portait sur les nerfs, toujours boudeuse, toujours à se plaindre. Pourtant, elle savait se montrer sous un meilleur jour. Pourquoi fallait-il que cela soit si rare ? Emil regarda la feuille de la blonde : à coup sûr, elle n'avait rien écrit. Elle fût cependant presque étonnée de constater une feuille noircie d'encre, griffonnée, rayée et corrigée. Après meilleur examen, elle comprit qu'il s'agissait d'une lettre. Ce n'était effectivement pas le style de Milah, de copier ses cours. La lettre, démarrant par « chers parents », était adressée à « M. et Mme Jones ». Comme un flash, un souvenir de ses débuts à l'Académie revint à Emil : Milah était une fois entrée dans la salle à manger, au téléphone avec un certains Eudes auquel elle hurlait qu'elle voulait parler à Monsieur et Madame Jones... Ses parents... Pourquoi refusaient-ils de parler à leur fille?

 

Le moment tant craint par Emil arriva bien trop vite. Riley la traîna vers le cimetière où Elena l'avait retrouvée, quelques semaines plus tôt. Il faisait jour, et la neige blanche recouvrait tout l'endroit, mais pourtant ce lieu était dérangeant, mettant automatiquement mal à l'aise quiconque s'y aventurait.

Screenshot-185

 En arrivant, Emil regarda directement vers la tombe de « Cal....e », se demandant s'ils n'avaient pas un rapport avec leur venue. Riley donna un léger coup dans le coude d'Emil, pour la sortir de la réflexion, et passa devant elle en pressant le pas vers le bâtiment qui semblait défendu au public. 

Screenshot-186

Elle poussa la lourde porte dans un horrible grincement, et entra, la petite rousse à sa suite. Un escalier descendait vers un couloir illuminé à la bougie, débouchant sur une sorte de crypte étrange, pleine de dorure, de parmentures à l'effigie de dieux inconnus et de statues sombre, détériorées par le temps.

Screenshot-187

 Si Emil sentait tout les muscles de son corps se tendre, Riley semblait étrangement fascinée par le lieu, qu'elle semblait cependant déjà connaître vu qu'elle se dirigeait sans réfléchir vers une sortie qu'Emil n'avait même pas vue.

Screenshot-190

-Attends, Riley !

 

La jeune fille sort son téléphone de sa poche et commence à taper, sur un fichier de note : « Je l'ai caché dans un couloir, suis moi ! »

 

-C'est quoi cet endroit ?

 

« Un lieu de rituel. Plutôt que d'enterrer les gens dont les tombes sont là haut, ils les mettent dans des frigos, ici. »

 

-Eurk, c'est dégueu... J'ai pas vraiment envie d'aller plus loin, Riley.

Screenshot-192

 

Riley pousse un soupir : « faut vraiment que tu viennes avec moi, c'est trop risqué pour moi seule ! Des vaudous viennent souvent par ici ! »

 

-Riley... Comment tu sais tout ça ?

 

La jeune fille hausse les épaules.

 

-Putain, c'est ça, depuis le début ! Tu me mènes en bateau, merde à la fin ! T'es l'espionne ! C'est toi, hein ? Mais merde ! Je suis trop conne !

Screenshot-193

Riley, devint rouge, et sous le coup de la colère agita ses bras dans les airs, en un dialogue qu'elle seule comprenait. Cela dura bien quelques minutes. Emil dut y mettre fin :

Screenshot-194

-Okey okey, désolée Riley, mais faut que tu te calmes, je pige rien de ce que tu dis !

 

Riley prit une inspiration, pour se calmer et écrivit sur son smartphone : « J'ai juste fait mes recherches, ils retiennent Isaac, je devais être sûre qu'il allait bien ».

 

-Et c'est Isaac que l'on va chercher ?

 

« Non, ça ne ferait qu'envenimer la situation. On va chercher quelqu'un qui peut nous aider. »

 

-D'accord, excuse moi d'avoir eu un doute.

 

Riley haussa les épaules et reprit son chemin. Il y avait la des dizaines de glacières en forme de cercueils.

Screenshot-222

C'était très étrange. Riley indiqua un vieux meuble au milieu du mur qui cachait une porte. Elles se mirent à deux pour le déplacer, et entrèrent dans un couloir intégralement bétonné. Le sol était en plaques de métal. 

Screenshot-204

Cela faisait un bruit horrible sous les pieds. Après quelques secondes de marche, Emil s'arrêta net en voyant un corps étendu au sol. Riley s'en approcha, sans hésitation.

Screenshot-205

-Riley, il est....

 

Elle affirma d'un mouvement de tête. Emil s'approcha à son tour, énervée du comportement de sa camarade.

Screenshot-208

-Merde ! Tu m'as fait venir chercher un mort ? Mais autant ramener ton copain ! C'est hyper con ! C'est bon, je me barres.

Screenshot-206

En s’accroupissant, Riley tapa volontairement du pied contre le sol, faisant résonner le bruit. Elle voulait qu'Emil attende, ne serait-ce que quelque secondes. Elle se tourna vers le corps, et tendit son doigts vers son cou. Emil pensait qu'elle lui indiquait quelque chose, et elle s'approcha pour mieux voir, mais le doigt de Riley se mit alors à briller d'une lumière vacillante. 

Screenshot-207b

Que faisait-elle ? On se croyait presque dans E.T L'extraterrestre ! La lumière fut absorbée par le mort, qui, après quelques secondes, se mit à tousser. Emil n'en revenait pas.

Screenshot-209

-C'est toi qui a fait ça ? Tu ressuscites les gens ? Sérieux ?

 

Emil explosa d'un rire nerveux, presque aussitôt suivit du sourire silencieux de Riley. L'homme se redressa légèrement, aidé de Riley. 

Screenshot-210

Il avait le teint aussi pâle que la mort, ce qui finalement ne surprendrait personne, et le tee shirt taché de sang. Ses yeux creusés de cernes se mirent vite à chercher tout autour de lui. Bordel, il était où ? Encore un nouveau lieu ? Il sentait la douleur dans son torse. Cela aurait presque put provoquer l’expulsion du violent rire qui enflait dans sa poitrine, mais les deux visages penchés sur lui lui donnait plutôt l'impression de débarquer dans une mauvaise série de science fiction. Il voulait sortir, s'en aller en courant. Il commença à s'agiter, mais son corps était tout endolori, il ne sentait pas ses jambes. La fille aux cheveux foncés le retenait en place, alors que celle aux cheveux vifs sembla pousser un soupir.

 

-Dis moi qu'on a une porte de sortie qui permette de partir sans danger.

Screenshot-212

Riley hocha de manière négative, puis s’immobilisa. A l'attention de celui dont la tombe portait le nom de « Cal....e », elle mit un doigt sur ses lèvres.

Screenshot-213

 A son tour, Emil entendit le bruit. Du métal tapé, d'un rythme régulier : des pas.

Screenshot-182

Quelqu'un marchait dans les couloirs.

Screenshot-214

-Faut qu'on sorte Riley, maintenant !

Screenshot-216

D'un air grave, Riley hocha la tête. « Cal » s'était recroquevillé, dos au mur.

Screenshot-219

 Il commençait à retrouver la sensation de ses jambes, mais qu'est-ce qu'il pouvait avoir mal ! Il ne comprenait rien à rien, et s'il priait pour une explication, il priait aussi pour pouvoir partir d'ici. C'est à ce moment qu'il réalisa qu'il ne se souvenait de rien. Il fut prit d'un nouvel élan de panique, cette fois-ci stoppé par la rousse qui l'aidait à se relever. La douleur de son torse se fit plus forte. Il se rappela alors de la raison de cette douleur. C'était plus fort que lui, dans la panique et dans tout le vide qui remplissait sa tête, il fallait qu'il exprime ce souvenir, et ce malgré la douleur de sa gorge qui enflait à nouveau de la respiration du ressuscité et de sa langue pâteuse, endolorie :

 

-Le tir... la balle... 

-Quoi ?

 

N'obtenant pas de réponse, Emil se tourna vers Riley, qui se pressait déjà vers la sortie, peu désireuse de comprendre les dire de l'homme qu'elle avait ramené à la vie, pour le moment. Ils parvinrent tant bien que mal à atteindre la sortie indemnes. La peur poussait les jambes de « Cal » à porter tout son poids. Il parvenait finalement à courir par lui même, même si cela était encore difficile. 

Screenshot-225

Il faisait nuit, et Riley et Emil avaient comme seule envie de rejoindre l'Académie, où tout irait bien.

 



 

HEllllllooooooo :D

Chapitre sur Riley, ma super petite Riley :3 Pour elle, je voulais moins de mystère, plus d'histoire! (c'est d'ailleurs ce que je veux, de manière générale ^^)

Screenshot-189

On en sait aussi légèrement plus sur Milah! On va finir par comprendre un peu sa situation, à la longue, non? 

Et quand même, vous avez vu? Hein, dites, vous l'avez vu?? Il est là!!!! IL EST LA!!!!!! :D Le fameux "Cal" :3  Je pouvais pas me résoudre à ce qu'il meurt, alors je lui ai crée une petitte place dans mon histoire... Enfin, quand je dis "petite"... (Ca va, Mae, pour l'instant tu ne m'en veux pas? j'ai pas abimé ton non-héritier?)

 

A partir de maintenant, je vais travailler dans un lieu où j'aurais peu internet, mais j'essaierais de continuer à poster à ce même rythme... Si je le peux! Dans tout les cas, pas de panique, je reviens dès que je peux, avec tout les chapitres que je n'aurais pas pu poster :)

A très bientot ;)