C'est comme un trésor

 

Jour 22 : Vendredi

 

Ne pas avoir écrit de la nuit, je considère cela comme une bonne nouvelle. Enola va bien, non pas qu'elle pète le feu pour autant, mais elle va mieux. Elle s'est levée la première, ce matin, et s'est ruée sur le frigo. Pour sûr, elle avait faim. Je me suis assise avec Pixie et Solène, ce matin, après le petit déjeuner. Comme l'électricité n'es pas encore enclenchée, nous nous éclairons à la bougie tant que cela est nécessaire. L'hiver arrive et les nuits sont plus longues. J'ai peur que les bougies aussi, deviennent des biens rares. Aussi, cet hiver nous sommes confrontées à un nouveau problème : qui dit pas d'électricité dit aussi pas de chauffage. Pour l'instant, nous tenons, mais bientôt nous devront sûrement agir en fonction... La seule cheminé que nous ayons est dans la salle de vie, sauf que nous n'avons pas assez de bois pour l'allumer tout l'hiver, peut être même pas assez pour deux semaines, et sortir est toujours trop risqué. Je commence cependant à envisager que nous ne pourrons pas rester indéfiniment enfermées ici. Les pulls et les couvertures ne nous suffiront bientôt plus et le peu d'électricité que nous avons ne suffira pas à chauffer les grandes pièces de la Rhéa. Il va falloir faire des rotation pour aller chercher du bois. Je sais qu'il y a une vieille hache dans la cabane du potager. Nous vivons au milieu de nulle part, au plus proche de la forêt, Enola et moi pouvons sortir sans quasiment nous mettre en danger, ou du moins je l'espère.

 

-Tu vas comment, Enola ?

 

C'est Solène qui coupe nos réflexions. 

Screenshot-4

Elle n'est pas très concentrée sur son propre travail. Comme une seule âme, Pixie et moi levons la tête de nos cahiers respectifs.

 

-Ca va, enfin, je crois. J'ai re-vomis ce matin, mais la fièvre est tombée.

 

J'acquiesce. J'ai pris le soin de vérifier sa température. Ma petite rousse se tourne vers moi.

 

-Et toi, maman ?

 

Je l'embrasse sur le front.

 

-Je vais toujours bien, et le bébé aussi.

 

Elle baisse les yeux, comme contrariée. C'est à ce moment que je remarques ses tremblements.

 

-Tu as froid ?

 

Elle acquiesce. Je passe une main sur son front, comme pour lui caresser les cheveux mais j'en profite pour m'assurer que sa température n'est pas en train de monter. Non, elle va bien.

 

-Je vais te chercher un pull et des chaussettes chaudes, So, continue de travailler.

 

Je l'aide à passer le vêtement lorsque je reviens et me dirige pour allumer la cheminée. En toute logique, il s’agira aussi d'un éclairage nous permettant d'économiser nos bougies.

 

-Pixie. Cet après-midi je vais sortir couper du bois, tant que je peux encore faire ce genre d'efforts. Demain j'aimerais que tu le fasses. A partir de maintenant nous allumerons la cheminée le matin pour nous réchauffer, et nous utiliserons les radiateurs pour chauffer la chambre quand l'électricité sera là. Tu es d'accord avec ça ?

-Bien sûr.

-Bien. Tu prendras soin de Solène quand je serais dehors.

 

Alors que je m’apprêtais à quitter la Rhéa, Solène vint me voir.

Screenshot-5

-C'est dangereux de sortir, non ?

-Oui, on pourrait tomber malade. Mais il vaut mieux prendre un petit risque que de rester ici et mourir de froid, tu ne crois pas ?

 

Elle acquiesce.

 

-Est-ce que le bébé peut être malade sans que tu le sois ?

-Euuh... Je ne crois pas.

 

Elle fronce les sourcils, ce qui confirme ce que je pensais déjà.

 

-C'est une drôle de question, So. Tu ne veux pas du bébé ?

 

Elle hésite et me répond, calmement.

 

-Non. Ce sera ton vrai bébé. Tu l'aimeras plus que moi.

 

Je hausse les sourcils, surprise.

 

-Je ne suis pas capable d'aimer qui que ce soit plus fort qu'Enola et toi, Solène. Tu n'as pas à t'inquiéter pour ça. Ce bébé, ce sera autant mon enfant que toi, je l'aimerais autant, et j'en prendrais aussi soin que toi. Je te le jure. Tu veux bien me faire un gros câlin ?

 

Elle acquiesce, les larmes aux yeux.

Screenshot-6

 -Je t'aime trop trop trop fort, ma Solène, ma belle. Et c'est pour toujours. Tu aimerais choisir le nom du bébé ? Comme c'est Enola qui a choisi le tien, je trouvais ça juste que tu choisisses le sien !

 

Elle acquiesce.

 

-Je te laisse y réfléchir alors. Tu trembles encore mon chat, allez, va te mettre devant la cheminé.

 

Lorsque je reviens, à la tombée de la nuit, Enola s'est installée avec son violoncelle et elle joue pour Solène. Les voir toutes les deux comme ça me rend heureuse. J'ai hâte de pouvoir partager ce moment de bonheur avec mon bébé, ma fille et ma sœur. A quatre, nous aurons peut être plus de moments de bonheur, encore.

Screenshot-11

 

 


 

 

Elles sont pas si mignonnes toutes les trois? Mes petites chéries <3 

 

"Toi quand tu m'serres très fort 
C'est comme un trésor 
Et ça, et ça vaut de l'or "

 

Bref, okey, je le révèle au monde à présent: Je suis une GRANDE fan de Zazie!

Voilà, c'est dit.

A bientôt!