La jeune blonde était assise dans la neige. Un plaid noir à motif blanc posé sur ses épaules retombait le long de son ventre rond jusque sur ses jambes. Étonnement, la neige sous elle n'était pas encore fondue. Elle était dans ses pensées, les yeux dans le vague, respirant doucement l'air froid et pur qui l'enveloppait. Elle n'avait pas froid. Si Roxanne avait toujours aimé les couleurs pétantes, elle n'en était pas moins apaisée par le blanc de la neige. L'une de ses mères -Emily- lui soutiendrait qu'elle tenait ce goût pour le blanc de sa grand mère. Roxanne baissa les yeux. Ceux-ci atterrirent sur la pierre tombale, comme s'ils étaient attirés par celle-ci. « Terri Turner », est inscrit sur la pierre, « Ariane », est sobrement écrit, plus petit, en dessous. Juste « Ariane », sans nom de famille. Comme s'il avait été oublié, perdu au fil du temps et de l'histoire. Rien n'était plus renseigné, seulement les dates. Rien n'indiquait le nom de sa mère, son poste de directrice d'une académie privée, sa position dans la guerre qui avait fait rage entre sorcier et « normaux », ni même son soutient au nouveau gouvernement, ou le nom de sa fille. Juste « Ariane », c'est tout ce qu'il lui restait de sa vrai vie, sa vie d'avant. Ariane Kerent, la mère de Chach.

Pour quelle étrange raison était-elle venue ici ?

Charlotte lui manquait, pour sûr. Mais elle n'irais pas la voir. Elle ne comprendrait pas.

La blonde se leva et le plaid tomba au sol, dévoilant son ventre tout rond de femme enceinte.

Screenshot-310

Bientôt, iels seraient trois. Son corps lui permettra-t-il toujours de danser ? Elle pria pour cela, ramassa le plaid et quitta le cimetière, elle avait froid à présent, et elle serra les bras contre elle, avant de réprimer un mouvement de douleur. Elle avait une équimose sur le bras qui ne semblait pas se résorber, et celle-ci lui faisait mal. En outre, elle était déjà très fatiguée par sa grossesse, et son corps semblait avoir des difficultés à assumer un fonctionnement normal. Mais Roxanne s'appliquait à ne rien en montrer.

Esteban travaillait dur sur les prochains plans de casses, alors comme Roxanne ne pouvait plus danser, il lui avait confié la charge des deals. Elle avait rendez-vous avec un des vendeurs au club, alors elle prit la route pour s'y rendre. A travers la fenêtre de la voiture, elle aperçu une femme dans la rue, qui la ramena à sa nostalgie. Charlotte...

 

***

 

Charlotte faisait le point dans sa tête. Elle avait les dernières emplettes dont elle avait besoins dans son sac. Des bougies, des ballons, une petite banderole, des assiettes jetables et quelques boissons gazeuses. Le gâteaux était déjà à la maison, dans le frigo. Heather allait avoir un an, et les parents de la petite étaient assez tendu-es à l'idée d'organiser cette petite fête. C'était la première et ils voulaient bien faire les choses. Aussi, elle récupéra Heather à la crèche avant de retourner à leur appartement. Miles avait déjà accueilli Marilyn et iels étaient en train de discuter quand Charlotte entra, sa fille dans un bras et son sac de course dans l'autre.

 

-Oh ! Regarde Heather, Tata Marilyn est déjà là ! Tu lui dis bonjours ?

 

Pour toute réponse, la petite tendit les bras vers sa grand tante qui se fit une joie de la prendre dans ses bras, libérant ainsi ceux de la mère. Charlotte en profita pour poser ses affaires sur le comptoir de la cuisine, où Miles l'aida à tout déballer. Lorsqu'ils eurent finit d'accrocher la banderole, Milah et Emil firent leur arrivée. 

Screenshot-312

Très vite, la petite Heather souffla sa bougie sous les applaudissements de sa famille avant de partir gambader dans le salon, bien inconsciente du regard attendrit de tout-es les invité-es, qui la suivaient des yeux. Bientôt le gâteau fut avalé, et malgré les discussions très enjouées et plaisantes, chacun-e dû rentrer chez lui. Ainsi ne resta que la petite famille dans l'appartement de la grande ville. Charlotte s'était résignée à exclure Roxanne de sa vie, et elle ne pouvait pas le contredire : ça lui avait fait du bien. Miles, Heather et elle avaient trouvé un véritable équilibre, et elle était heureuse, quand bien même cela lui brisait le cœur, de faire le lien entre l'absence de son amie et son bonheur.

Heather avait été gâtée, et les parents la regardait découvrir un à un ses nouveaux jeux, se demandant, anxieux-se, où iels allaient bien pouvoir ranger tout ça. Iels avaient officiellement divorcé, à l'amiable et expliqué la situation à tous, y compris à leur fille qui ne voyait pourtant aucun changement dans sa vie.

L'heure venue de coucher Heather, Miles se mit en tâche de le faire. La petite balbutia un léger bonne nuit avant de sombre dans le sommeil. Après une tisane, Charlotte et Miles eurent vite fait de faire de même.

 

***

 

La nuit était noire, sombre, sans lune. Cependant, Bridgeport ne dormait jamais, pas plus qu'aucune autre capitale. C'est dans ce semblant de nuit qu'un cri vint à se faire entendre. Un cri strident d'une femme sur le point de donner la vie. Roxanne avait été emmenée par Esteban à la maternité au cœur de la nuit, et le travail était commencé depuis quelques heures déjà. La jeune femme était extrêmement faible et la sage femme craignait qu'elle ne s'évanouisse. Aussi avait-elle été placée sous perfusions, afin de lui assurer un minimum d'apports qui l'aiderait à tenir le long de l'accouchement. La naissance de l'enfant allait être très délicate. Toutes l'équipe médicale était sur le qui-vive. La césarienne fut décidée, et Esteban ne put assister à la naissance de son enfant. Celui-ci sorti tant bien que mal, aidé par les médecins, mais Roxanne était inconsciente au moment où l'on posa le nouveau né encore couvert de liquide amniotique sur sa poitrine. Une infirmière tenta de la réveiller. Roxanne ne cilla pas, à bout de force. Elle avait été au bout d'elle même et ne pouvait plus répondre de rien.

 

Alors que Roxanne dormait encore, il fut donné à Esteban l'occasion de choisir le prénom de l'enfant, qu'il n'avait pas encore eut le droit de voir : mère et fille était en observation médicale. Le nouveau-né étant aussi faible que sa mère. Il baptisa l'enfant Irene, et attendit qu'on l'autorise enfin à le voir.

 

Lorsque Roxanne se réveilla enfin, une infirmière (celle qui l'avait accompagnée durant la césarienne) était à ses côtés.

Screenshot-324

-Bonjour Mademoiselle Gacyle, comment vous sentez vous ?

-Ça va...

 

Roxanne s'exprimait faiblement, encore peu réveillée.

 

-Est-ce que vous vous souvenez de ce que vous faites ici ?

-Où est-elle ?

-Qui ça ?

-Ma fille !

 

Dans son sommeil, elle avait quand même eut conscience de l'annonce du sexe de son enfant. Cette nouvelle sembla ravir la jeune infirmière.

 

-Juste là, ne vous inquiétez pas. Irene est en parfaite santé. Et vous aussi, bien que très faible. Mais les médecins vous garde à l’œil.

Screenshot-325

Roxanne fut soudainement réveillée par la dernière phrase. L'étonnement devait se lire sur son visage puisque l'infirmière poursuivit.

 

-Oh, non pas qu'iels vous veulent quoi que ce soit qui soit mauvais pour vous, non, bien au contraire. Écoutez, je vais vous expliquer : Iels ont remarqué les bleus et les blessures que vous avez partout sur vous. Vous étiez enceinte, vous n'étiez pas supposée vous faire tant de marques. Normalement, même, le corps d'une femme enceinte se soigne plus vite. Mais vos marques à vous, elles sont fraîches. Et j'imagine que s'il y avait eut un accident nous serions au courant...

-Vous voulez bien me laisser seule avec mon bébé ?

 

L'infirmière marqua une pause, mais ne répondit pas à la jeune mère. Non, il était bien trop évident que celle-ci avait quelque chose à cacher.

 

-On pense que vous êtes battue par votre compagnon.

-Sortez.

-Et on sait que vous vous droguez. C'est O.K., je veux dire, vous êtes en sécurité, ici, et on ne ferait rien contre vous.

-SORTEZ !

-Mais il faut que vous sachiez qu'on peut vous aider, on est là pour ça.

-Allez vous en !

 

L'infirmière acquiesça et quitta la pièce, et la jeune femme qui s'écroulait en larme dans celle-ci.

 



 

Alors?

Mi-figue, mi-raisin, mi-prune, hein?

Sorry

Sinon je vous invite à souhaiter la bienvenue à ma génération 8 (OH LA VACHE), avec IRENE GACYLE <3 /joie joie joie/ (/sbaf/)

Oui, Irene sans accent, c'est volontaire. Parce que Irene pour Irene Adler, Sherlock Holmes, ToiMêmeTuSais... :)

sherlock-201-06548

(Image totalement justifiée de LA femme qui a autant de prestance habillée que nue)

(et god knows que je prie que ma Irene à moi ait hérité des cheveux et/ou des yeux de sa mère! Avec le faciès de son papa, ce serait jackpot!)

Ceci dit, c'est Irene sans accent, mais la prononciation, prenez celle qui vous plaît! (perso je prononce en anglais, mais peu importe)

 

Tu penses qu'elle a les yeux violets? Hein? Dis?

Screenshot-323

 

Oh, et puis je réalise que je vous ai pas montré ma deuxième petite perle de la 8e génération:

Screenshot-317Voici ma jolie petite Heather! Elle ressemble vachement à sa maman, selon moi!

 

Et donc on a fêté un nouveau noël à la Rhéa, le jour de la naissance d'Irene:

L'habituelle chanson chantée super fausse par Charlotte et moi-même (oui, j'ai eut la flemme de changer sa tenue habillée, j'admet)

Screenshot-319

Le bisous sous le guy par mes séniores (elles sont beeeeeeeellles)

Screenshot-320

Le petit moment père-fille

Screenshot-321

Et l'arrivée de Roxanne, qui revient de la maternité avec un petit paquet (parce que promis, dans mon jeu, personne se fait la gueule!)

Screenshot-322

 

Sur ces dernières images qui remontent un peu le morale, je vous souhaite à vous aussi un très joyeux noël plein de bonnes choses, et j'ai hâte de vous retrouver dans deux semaines pour mon dernier chapitre avant mon départ! Kiss Kiss!!!

(Et promis, un jour j'arrêterais de vous déprimer!)