Screenshot-199

Je me frotte les yeux, réprimant un haut le cœur. Oh bordel, ma tête ! Mais qu'est-ce que j'ai bien pu faire pour mériter un tel mal de tête ? Doucement je me relève. Me souvenir... Me souvenir de ma soirée. Je pose une main sur mon ventre. Mon réveil indique 16 heures, j'ai dû me coucher très très tard. Ohlala, mais j'ai beaucoup trop bu !

 

Je me lève sans essayer de me précipiter et prends les vêtements que je trouve autour de moi, ainsi que deux ou trois pilules, ramassées sur la commode. Mon reflet dans le miroir est effrayant. 

Screenshot-202

J'attrape mon fond de teint pour cacher mes cernes et la blessure sur mon bras qui commence à s'effacer. Bon. C'est potable, ça va. Le bleu sur ma cuisse me fait encore un peu souffrir. Je me pèse. J'ai encore pris du poids. Rien de bien visible, heureusement ! D'après ce que j'ai vu de l'appart', Esteban n'y est pas. Est-il descendu au club ? Mmh, je vais aller voir ça ! Je sors de l'appartement et utilise l'escalier extérieur, puis contourne le bâtiment pour entrer dans la boite de nuit. Si tôt, elle est bien évidement vide. Je monte à l'étage. Mon mal de tête est toujours présent, mais ça va. C'est gérable. Je toque à la porte du bureau et j'entre sans attendre de réponse.

 

-Hellooo Darling !

Screenshot-246


Pour toute réponse, j'ai le droit à une esquisse de sourire. C'est déjà pas mal, de la part de monsieur grincheux ! Je m'approche du bureau, attendant qu'il me parle, mais il est bien plus captivé par son travail que par ma présence.. En désespoirs de cause et pour continuer dans mon jeu, je viens appuyer la tête dans mes mains, calant mes coudes juste au dessus du dossier ouvert devant lui.

 

-Oh ! Je vois. Je croyais que ton « plan d'attaque » était déjà parfait ! Sur quoi tu coinces ?

 

Il pousse un soupir théâtral.

 

-Je suis à peu près certain que l'on risque de déclencher une alarme dont on n'aurait pas connaissance, ou quelque chose comme ça. Si ça arrive, la police serait présente sur les lieux bien trop rapidement.

-Mmmh, alors il te faut une distraction !

-Oui, c'est bien ce que je pensais, mais un appel anonyme dénonçant quelque chose de mineur ne suffirait pas. Il faut quelque chose de gros.

-Mais non, abruti. C'est pas de ton plan que je parlais ! C'est TOI qui a besoins d'une distraction. On va manger ? J'ai faim.

 

Esteban lève les yeux vers moi, visiblement perplexe. Quoi ? Si il veut pas il a qu'à refuser ! Instinctivement j'arrête mon petit jeu et me redresse face à lui.

Screenshot-247


-'Fin, surtout te sens pas obligé, hein ! C'était juste une proposition.

 

Voyant que je suis contrariée, il se redresse sur son siège.

 

-Non, non, c'est pas ça, excuse-moi Rox, c'est juste...

 

Il se lève et contourne le bureau, puis m'attrape à la taille et me coince contre le meuble.

Screenshot-250

-J'envisageais plutôt ce genre d’appétit.

 

Il se penche pour embrasser mon cou, mais d'un mouvement d'épaule, je le force à se redresser.

 

-Non mais en fait, j'ai vraiment TRES faim, Esteban ! Ça te dit on remet ça à après ?

Screenshot-249

 

Je fais mes yeux de chien battus, et une petite moue qui va avec.

 

-Alleeeez, s'il te plaît, Este ! Viens manger avec moi !

 

Un nouveau soupir théâtral. Il sait que ça me fait craquer, l'idiot. Après un instant de réflexion, il me propose :

 

-Un « ami » à moi à investit dans un restaurant-cabaret, au centre ville. J'aimerais bien y jeter un œil, ça te dirait ?

 

J'acquiesce avec un grand sourire. Il regarde mon t-shirt.

 

-Je vais aller me changer. C'est pas top, ce chiffon, dans un restaurant, hein ?

-File !

 

Je vais me changer et rejoint Esteban devant sa voiture. Nous partons vers le restaurant. En effet, il se situe dans le cœur de la ville. L'entrée est très classe. Le sol est couvert d'un tapi rouge qui nous mène à un ascenseur. Quand nous arrivons enfin, un serveur nous installe dans une table de coin. Il est 17h passé, et sans trop de surprise, le restaurant est vide. J'ouvre la carte pour voir ce que nous allons manger, mais je reste bloquée devant ce qui y est indiqué : Les prix sont exorbitants.

Screenshot-204

-Esteban ! C'est beaucoup trop cher !

 

Il me fait un sourire très sincère, que je ne lui connaissait pas. Il me fait un clin d’œil en m'expliquant que le gérant avait des dates envers lui, et que je n'avais qu'à choisir ce qui me faisait envie.


Je crois que nous sommes bien resté deux heures dans ce restaurant, puisque que quand nous sommes partis, la salle commençait à se remplir. La nourriture était délicieuse, et nous avant demandé à être resservi. 

Screenshot-205

Puis Esteban m'a demandé si j'étais prête à partir. J'ai acquiescé. Il m'a prévenu : on va sortir, calmement, puis, plutôt que de prendre l'ascenseur, on va prendre l'escalier de maintenance et courir jusqu'à être sûrs que personne ne nous suivent. J'ai eut un moment de surprise. En gros, on s'enfuit sans payer l'addition. On vole quoi. Puis je me suis rappelé que cela n'avait rien de surprenant, et j'ai attrapé mon sac. On était prêt.

 

Il se lève et je le suis, calmement. Ou aussi calmement que je le peux, je n'arrive pas à m'empêcher de surveiller les positions des serveurs. Esteban se dirige tranquillement vers l'escalier, et moi derrière. Alors qu'on arrive à sa hauteur, on nous apostrophe.

 

« Hey ! Vous ! Vous n'avez pas payé ! »

 

Esteban ouvre la porte et me fait signe de passer.

 

-Vite !

 

Je descend en courant, et traverse le couloir du rez-de-chaussé aussi vite que mes talons me le permettent. Esteban me dépasse et ouvre la porte d'entrée d'un coup. Je la passe avant que celle-ci ne se referme. 

Screenshot-206

Nous courrons encore jusqu'à être sûrs de ne pas être suivis, puis rigolons, haletant.

 

***

 

Comme je travaille toujours pour Esteban, il a fallut que je me prépares pour ce soir. Pour danser, j'ai crée une sorte de personnage. Pour cela, j'ai un costume, un maquillage particulier, mais aussi une attitude. Alors pour donner plus de force à cette attitude, je fume un joint.

Screenshot-253

Je commence à être appréciée par les habitués. C'est gratifiant. Mais ce soir, la salle est loin d'être pleine. La fatigue me tient en place dans ce business. Je n'ai pas encore pu passer une seule audition. 

Screenshot-258

Sur la musique de ce soir, ma chorégraphie s'accorde parfaitement. A travers la barre, je ressens les vibrations des basses. Je joue entre glissades, regards et danse. 

Screenshot-259

C'est plus plaisant que ce que j'imaginais. Et puis, en plein milieu d'un mouvement, je me retrouve nez à nez avec un visage beaucoup trop famillier. Un visage qui n'a rien à faire là. Bordel ! Qu'est-ce que Charlotte fout ici ? 

Screenshot-257

Et merde ! Elle m'a vue ! Pitié, qu'elle ne m'ait pas reconnue, pitié !

J'écourte ma prestation. Je descend de l'estrade et part rapidement en direction des toilettes pour m'y réfugier. 

Screenshot-260

Je l'entends appeler mon nom. Merde merde merde. J'accélère. Putain elle me suit ! Je referme la porte des toilettes derrière moi. Elles sont vides. Je veux me cacher dans l'une d'elle, mais c'est inutile. Chach m'a vue. Elle entre dans les toilettes, je ne peux pas me tourner vers elle, la regarder dans les yeux. Sans un préambule, elle engage la discussion.

Screenshot-261

-A quoi tu joues, Roxanne ?

 

J'hausse les épaules.

 

-Fallait le dire, si tu avais besoins d'argent, tu sais ! On t'aurait aidé.

-Je me débrouilles très bien, merci.

 

Et merde. Je maudis mon ton cassant. Je me tourne vers Mon amie d'enfance. J'essaye de rester digne, mais je me sens ridicule dans mon corsage.

Screenshot-268

-Je danse et je gagne ma vie, c'est très bien comme ça.

-Qu'est-ce que tu racontes ? Ils sont où tout tes beaux rêves ? Roxanne ! Tu étais la meilleure de toute la promo ! Qu'est-ce que tu fais ? Tu as tellement à faire de ta vie !

-Tais toi, Charlotte ! Ferme là ! Vraiment ! Tu crois quoi ? Tu es tellement naïve ! J'ai 25 ans, Charlotte, VINGT-CINQ ! Je suis finit, je suis presque à la retraite. Je ne serais jamais danseuse de ballet, tu comprends ?

 

Charlotte baisse ses yeux, embués de larmes.

 

-Oh, Roxanne... Tu as un bleu énorme sur ta cuisse... Et ton bras aussi. Qu'est-ce que tu as fait ?

Screenshot-267

Je pousse un profond soupire. Je commence à prendre les tics d'Esteban.

 

-Fous moi la paix, Charlotte ! C'est pas ta vie, tu n'as pas à t'en mêler !

-Tu sors avec ce type ? Le gérant ? Il te frappe ?

-Ta gueule, Charlotte ! Bien sûr que non, il ne me frappe pas. Je suis très heureuse avec Esteban. Et JE gère ma vie !

 

Charlotte essuie une joue trempée de larme. Seigneur, ça me fait mal de la voir pleurer, mais elle doit vraiment me lâcher. Si elle refuse ce que je suis devenue, elle n'a rien à faire dans ma vie. Je la surprend à observer le creux de mon coude, que je m'empresse de cacher.

 

-Par intraveineuse, maintenant, hein ?

-Quoi ?

-Tu te fous vraiment de ce que l'on ressent, n'est-ce pas ? Toutes ces années à essayer de t'aider... Tu t'en fous !

-OOOOOOOOH ! Mais tu as jamais finit de te plaindre, mademoiselle Ma-vie-est-parfaite ? Tu veux pas me lâcher la grappe et me laisser vivre la mienne, de vie ? Putain, Chach ! J'ai jamais été aussi vivante !

Screenshot-266

-Tu vas te tuer !

-Et avant j'aurais profité un max ! Si tu veux pas comprendre ça, juste dégage de là !

-Je te laisse pas tomber.

-J'ai pas besoins de toi, Charlotte, j'ai pas besoins de ton avis de femme parfaite ! Moi aussi je peux me prendre en main, moi aussi je peux être parfaite. Tu sais quoi ? Moi aussi je vais avoir mon bébé. Tu vois ? Je suis aussi capable de donner la vie.

 

Charlotte en reste sur le cul. Je détourne le regard. Ses yeux de chiens battus me rendent malades. Putain, toute cette pitié, j'ai envie de gerber.

 

-Tu.. tu rigoles ?

-Quoi ? Ça t'étonnes.

-Mais Roxanne, tu peux pas... Tu peux pas faire ce que tu fais et... Enfin !

Screenshot-264

-Pourquoi ? Parce que tu en as décidé ainsi ?

 

Elle relève soudainement la tête

 

-Parce que tu vas lui faire du mal ! Et puis merde à la fin ! Roxanne ! Je veux plus avoir à te porter ! J'en peux plus d'être la seule adulte dans ma vie ! Tu sais quoi ? Fait ce que tu veux ! Tue ton gosse. Tue toi. Je m'en fous !

 

Le coup est partis tout seul, un crochet droit, directement dans la joue. Ne pouvant m'arrêter là, je la pousse pour la faire tomber. 

Screenshot-270

Elle est déjà désorientée, et elle glisse sur le sol sans même mon aide. Elle se redresse tant bien que mal. Elle a peur. C'est bien, ait peur ! Tu vas voir si je lui ferais du mal, à mon enfant ! Tu vas voir qui tu désignes d'irresponsable !

Screenshot-272

-Dégage.

 

Charlotte ne demande pas son reste, elle se relève en titubant, encore sonnée, et fuit aussi vite qu'elle le peut. Aussitôt qu'elle a quitté la pièce, je prends une profonde inspiration. Bordel, depuis quand je suis en apnée ? Ma tête me tourne, je m'appuie contre un lavabo et me regarde dans le miroir. J'ai l'air d'un monstre. Je suis un monstre. Mes larmes coulent seules sur mes joues. Qu'est-ce que tu fous ? Ressaisis toi ! Tu vas pas te laisser faire, non plus ? Roxanne !

 

Je remonte dans l'appartement et me réfugie dans la douche. Mes larmes ne cessent de couler. 

Screenshot-274

Je me colle contre une paroi, sans allumer l'eau. J'arrive pas à croire que j'ai frappé ma seule amie. Ma meilleure amie. Qu'elle genre de monstre est-ce que je suis ?

Je glisse contre la paroi vers le sol, et allume l'eau sans le vouloir.

 

-Ah ! PUTAIN !

 

Même pas foutue de ne pas faire de connerie ! Je suis toute habillée et je suis trempée ! Mes larmes coulent de plus belle.  



 

Ô seigneur Dieu Sim tout puissant, j'ai l'impression que je vais lâcher une bombe entre vous en libérant ce chapitre!

Alors? Team Chach ou Team Rox?

En tout cas, je me suis brisée le coeur toute seule à l'écrire! Je vous promet qu'en vrai je les aimes!

Donc oui, Roxanne est enceinte, like really really! G8 is coming! On espère gardes la couleur des yeux de Roxanne! Je me suis faite au violet, j'aime bien!

Et puis, euuuuh, Kalou, on en reparle, des têtes pas possible que me fait Esteban?

Screenshot-203

 

Aussi, je voulais vous parler de quelques changements qui vont se faire dans mon écriture: Après moultes interrogations et renseignements, j'ai décidé d'appliquer quelques principes de l'écritures inclusive (j'en utilisais déjà un petit peu, pendant l'enfance d'Emil, et je pense qu'il faut que je continue dans cette voie). Dans mon idée, lorsqu'on parle d'une masse diverse ou inconnue, il faut inclure que celle-ci puisse potentielement être féminine (et masculine). Vous êtiez mes lecteurs, vous serez mes lecteur-ice-s  (d'autant plus que vous êtes quand même majoritairement des femmes!). De même, je pense appliquer la règle de proximité, ce ne sera plus "Kalou, Mae et Léa sont fabuleux" mais "Kalou, Mae et Léa sont fabuleuses". Mais ça pourrait aussi être "Mae, Léa et Kalou sont fabuleux", ou "Mae, Léa, Kalou et les autres sont fabuleux-ses"...

Bref, c'était juste pour vous expliquer un peu le changement de tout cela! Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me demander dans les commentaires, je vous expliquerais tout bien comme il faut! 

 

ET PUIS BORDEL, JE SUIS VRAIMENT A LA BOURRE DANS MON LEGACY!!

Je vous fais de gros bisous, vous êtes géniaux-ales! A très vite!