-Salut la miss ! On se voit demain !

-Oui, Jacob ! A demain !

 

Jacob, c’est notre chorégraphe. Dans quelques jours, c’est la première, et il devrait être un peu stressé, mais en fait il est plutôt relax, surtout avec moi. On m’a donné le rôle de Clara, un énorme rôle dans l’énorme ballet qu’est casse-noisette, alors j’ai plutôt intérêt d’être à la hauteur. Comme les répétitions se font à Bridgeport, je rentre à la Rhéa le soir. Alors que j’entre dans le hall, je sens mon portable vibrer dans ma poche. Je le sors pour lire le message.

1 (2)

 

« Salut miss, et si on se retrouvait au bord du lac demain matin, avant la répétition ? »

 

Qu’est-ce que je réponds ?

 

« Ok, à demain ! ;) »

 

Oh bah trop tard, c’est envoyé. Je souffle. Bon, au lit, on verra ça demain.

 

Le soleil se reflète sur le lac. J’entends des pas derrière moi et des mains viennent se plaquer sur mes yeux. Je sursaute. Cette odeur… Je reconnaîtrais son parfum entre mille !

 

-Jacob, c’est pas drôle !

 

Il retire ses mains pour les faire descendre le long de mes épaules et me tenir la main.

 

-J’ai pas pu m’en empêcher. Tu sais, tu es plutôt jolie quand tu contemples le lac.

 

Je lui donne un coup dans la poitrine.

 

-T’as qu’à dire que je ne suis pas jolie le reste du temps !

-Bien sûr que si, ma miss, bien sûr que si. Bon, tu ne parles de notre rendez-vous à personne, d’accord ?

-Mmh, je vais faire mon possible.

-Cool, je suis content que tu sois…

-Roooh, tais-toi !

 

Alliant le geste à la parole, j’attrape ses épaules et le tire contre moi pour l’embrasser. Il me rend mon étreinte.

2 (2)

Hélas pour nous, nos montres viennent nous rappeler à la réalité. Nous devons aller à la répétition.

 

Deux jours plus tard, nous sommes sur scène pour la première fois dans le grand opéra de Bridgeport. Avant que les spectateurs n’entrent, je regarde la scène. Nous avons un décor plutôt minimaliste, un peu futuriste. Pourtant, le costume de Clara est plus dans un univers léger, floral, dans des tons roses. Mais au fur et à mesure du spectacle, Clara se couvre avec des vêtements plus strictes, bleus ou gris. Le but est de montrer l’évolution du personnage. Je rejoins les loges où je m’échauffe avec les autres. Le spectacle va démarrer, nous sommes tous prêts, dans les coulisses. Nous attendons que la lumière ne nous donne le départ. La salle s’éteint. Jacob, dans la coulisse d’en face, me fait un signe d’encouragement. Alors je monte sur scène, c’est à moi de jouer.

3 (2)

 

Dans les semaines qui suivent, alors que Jacob et moi nous voyons en secret, nous voyageons dans tout le pays. Dans une première ville, la vue que j’ai depuis la fenêtre de l’hôtel est imprenable. 

4 (1)

Je profite des voyages pour visiter les lieux touristiques, ou pour aller au cinéma, avec ou sans mon copain. Un prochain hôtel, et je découvre qu’il est possible de mettre du matériel de sport directement dans les chambres d’hôtel, à ma grande joie. 

4 (2)

En sortant de représentation, je reçois un appel de Chach.

 

-Salut beauté ! Bah ça va nickel ! Enfin, je suis troooop fatiguée, mais ça va ! Et toi ?

-…

-Aaaah, madame donne à nouveau des cours ! Bah écoute, tu devineras jamais d’où je t’appelles ? Je suis à Starlight Shores ! On a un énorme succès ! C’est trop bien ! On s’éclate !

-…

-Ça l’est ! Je sors juste de représentation, je viens de rentrer à l’hôtel, du coup, désolée, mais je vais raccrocher, faut que je dorme !

-…

-Non, Chach, désolée ! Profites-en pour dormir, on se rappelle dans deux jours, okey ? C’est mon jour de repos ! Là, j’ai trop mal aux jambes, je vais me coucher, bonne nuit !

-…

-Je t’adore, ma p’tite Chachounette, bisous !

 

Je raccroche avec un petit sourire. Putain ce qu’elle me manque. Quelle idée d’être allée à la fac, aussi ! Je m’étale sur mon lit et je m’endors aussitôt.

 

Même si j’adore cette vie, à voyager partout, danser tout le temps, voir Jacob de temps à autres, ce n’est franchement pas de tout repos. Et honnêtement, j’admets que si je sortais moins, ce serait plus facile. Mais j’aime sortir, c’est tout. Jacob l’a remarqué aussi, et ça ne lui plait pas trop. Ça fait une semaine qu’on a pas eu de temps juste lui et moi. Du coup j’ai pas trop été surprise quand il m’a prise à part, après un après-midi de répétition. Nous sommes allés sur une petite place, au cœur de Twinbrook.

5 (1)

-Roxanne, j’aime pas ça, mais il faut qu’on parle un peu…

-Qu’est-ce qu’il y a ?

-T’es où, Rox, quand on s’entraîne ? Pourquoi t’es pas avec nous, sur scène ?

-De quoi tu parles ?

-Faut que tu te concentre ! Tu es ailleurs ! Et en plus tu arrives aux répétitions crevée ! Comment tu veux tenir ?

-Mais arrête, j’suis pas si fatiguée que ça, ça va, je gère. J’prends des vitamines, j’me nourris bien, j’dors bien, c’est bon, ça va !

-« Des vitamines », tu te fous vraiment de moi, tu crois que je connais pas ton petit manège, à toi et aux autres ?

-De toute façon c’est pas la question ! Je dors bien, je te promets, j’ai pas de soucis, je vais tenir, okey ? Ça va, je vais me remettre dans les entraînements et je vais gérer !

-Tu as plutôt intérêt, de « gérer », oui, je dois te rappeler que tu es le premier rôle de ce ballet ?

-Oh c’est bon, je sais, fous moi la paix ! Je t’ai dit que ça allait ! Tu fais vraiment chier ! On pouvait pas juste se voir pour être un peu ensemble ? Non ! Il fallait que tu me prennes la tête alors que c’est juste une petite baisse de régime, y a rien d’alarmant à ça ! C’est bon, je me casse.

 

Je fais demi-tour, les poings serrés, je meurs d’envie de taper quelque chose.

 

-Tu vas où ?

-Ça t’regarde ?

-Je sais pas, j’aimerais bien être sûr que tu vas pas te foutre en l’air avec je ne sais quel type de personnes !

-Lâche moi la grappe !

-C’est ça ! T’as raison, casses-toi !

 

Non, je ne vais pas me « foutre en l’air », je rentre à l’hôtel ! Quoique j’aurais bien besoins d’un petit remontant… Merde, l’hôtel est à l’opposé d’où je vais. Je vais devoir contourner la petite place circulaire. Je le fais en longeant le petit mur. C’est vraiment ridicule, je suis ridicule. J’arrive au niveau de l’escalier, mais quitte à être ridicule, autant le jouer à fond. Je continue et achève un tour complet de la place. Jacob suit du regard mon petit manège.

 

-Qu’est-ce que tu fous ?

 

Je ne m’arrête pas, je continue de tourner. Jacob est maintenant aussi ridicule que moi, à tourner sur lui-même pour me suivre des yeux. J’essaye de me retenir de rire, mais je n’y arrive qu’à moitié. D’ailleurs, Jacob aussi semble à deux doigts de rire.

 

-Mais arrête ! Qu’est-ce que tu fais ? On dirait un lion !

 

Je rigole à nouveau et lui cris :

 

-Et tu es dans l’arène !

-Quoi ? Tu comptes m’attaquer ?

-De suite !

 

Je cours vers lui et manque de le faire tomber en m’agrippant autour de sa taille.

5 (2)

 

-Okey, tu m’as eu.

 

Je souris, fière de moi. Mais il s’écarte un peu de moi et reprends un air grave, à mon grand damne.

 

-Mais j’étais sérieux, tout à l’heure. Tu dois essayer de te reposer un peu plus. Je dis pas ça méchamment, je veux aussi t’aider, tu sais ?

-Ça va, j’ai compris. Allez, viens, on rentre.

5 (3)



Et on fait coucou à Roxanne *Fais coucou*
Bref bref, ça fait trois chapitres depuis la dernière apparition de mon héritière, il était temps de la faire revenir! 

Si je ne me trompes pas, ce message va être publié le 30 juin (à l'heure d'écriture, nous sommes le 10 mai). Quand vous lirez, je serais donc partie prendre mon poste de saisonnière sur mon lieu de travail, et je serais ready pour passer deux mois avec très peu de internet! Je répondrais aux commentaires que vous me laissez, mais surement apres un peu de temps! Mais écrivez, écrivez, des blocs, des patés, des romans, j'adore ça!

Pour ce qui vous concerne, le prochain chapitre sera, comme d'habitude, dans deux semaines, alors on se dit à très bientot!!!! :)