Screenshot-410

Le temps était long dans cette cellule. Il se partageait en moments de nostalgies, durant lesquels elle pleurait parfois, et en moments d'ennuis. Dans ces derniers moments, elle pouvait parfois accepter de chanter pour les gardes qui le lui demandait sans cesse. Avec le temps, les gardes prirent l'habitude de la battre lorsqu'elle refusait de chanter. Le roi lui-même venait par moment, exigeant de bénéficier du don de la Sirène. Pendant trois mois, ce manège dura. Le roi lui racontait tout : Il avait reçu plusieurs proposition d'achat pour elle, mais il les avait toutes refusées. Cependant, il recevrait bientôt l'empereur riche d'un pays prospère. Il espérait bien lui louer la Sirène pendant quelques précieuses minutes. Cependant, Johanna ressentait bien qu'il répugnait à prêter son jouet.

 

Dans un ultime moment de désespoirs, Johanna implora les Dieux de lui retirer son don. Alors que le silence retomba, une nouvelle voix, inconnue, s'éleva.

 

-Johanna.

 

Screenshot-411d

L'enfant leva les yeux. Une femme se tenait face à elle, nimbée de lumière. Elle semblait flotter au dessus du sol, tout en paraissant si humaine que l'image lui paraissait ridicule. Cependant, elle dégageait cette aura forte que l'on racontait propre aux Dieux.

 

-Je suis Hathor, déesse de l'amour, de la maternité et de la joie. Je suis venue contre la volonté des miens pour aider mes enfants à réparer leurs tords.

-Vous.... Prenez mon don ! Je n'en veux pas, je ne veux plus être la Sirène, je veux être normale !

-Je ne peux exaucer ton vœux, mais je peux te donner la clef. Tes semblables ne seront jamais sereines tant que leur représentante vivra enfermée et que sa voix se vendra au plus offrant. Tu es devenue une image forte pour elles, tu dois le rester. La seule solution que je puis t'offrir est le gain du pouvoir. Johanna, je sacrifie pour toi et pour l'amour de ta race mes pouvoirs et mon titre de déesse. Pour toi et les enfants des tiennes à venir, j'offre mes dons et fait de toi un demi-Dieu. Que mon pouvoir se transmette à travers les âges, et qu'il apporte toujours paix et amour.

Screenshot-421b

Sur ces derniers mots, les yeux d'Hathor se mirent à briller d'une lumière aveuglante alors que son visage se déformait de douleur. A son tour, les yeux de Johanna resplendirent de la même lumière. 

Screenshot-422c

Aussitôt, Hathor disparu. Johanna sentait en elle cette force qu'Hathor lui avait offert. Si elle s'était déjà sacrifié, elle devait à présent aller jusqu'au bout. Après tout, la vie royale avait sûrement beaucoup à lui offrir, et elle ne serait plus obligée d'être la Sirène. Alors elle s'assit sur la chaise qu'elle possédait et attendit patiemment et en silence la visite du roi.

 

La clef tourna dans la serrure et la porte grinça. L'homme entra. 

Screenshot-424

Il n'intimidait plus Johanna depuis quelques temps déjà. De plus , cette fois, elle savait ce qu'elle devait faire. Elle n'hésiterait pas. Elle plongea ses yeux dans ceux de son roi, alors qu'il la saluait. Comme pour elle même, elle murmura « amor quod vos video » et ses yeux affichèrent encore cette lumière divine. 

Screenshot-426c

Le regard du roi sembla s'adoucir. Il s'approcha de la jeune fille et passa une main dans ses cheveux.

Screenshot-428

-Aurais-je oublié le trésor que je tiens dans mes mains ?

 

Johanna se garda bien de lui répondre, indifférente aux gestes de tendresse du monarque. Aussi, lorsqu'il se pencha sur la jeune fille, elle se laissa faire.

Il lui permis alors de quitter la cellule, et bientôt, elle fut annoncé future reine du royaume. 

Screenshot-432

Si les autres monarques riaient doucement de la souillon qu'allait épouser le roi, ce dernier semblait totalement hypnotisé par le sort de la jeune fille. Il lui offrait toutes les richesses possibles : robes, bijoux, tableaux à son effigie... Le mariage approchait à grand pas, et la future reine maintenait à merveille l'illusion du parfait amour du couple. Elle savait cela d'autant plus important que le jour du mariage sellerait une alliance entre les Hommes et les Sorcières. Si le peuple aimait sa reine, alors cela se ferait sans mal.

 

Screenshot-438

Et le grand jour arriva. La nouvelle reine fût couronnée de fleurs, qui étaient devenus son emblème. On la connaissait désormais sous le nom de la Reine aux Fleurs. Terminé, l'époque de la Sirène, la Sorcière, la Prisonnière, l'Outil de marchandage. Elle avait désormais un nouveau nom qui faisait d'elle une personnalité bien plus aimée que l'était la Sirène.

Dans l'assistance présente, sa mère avait obtenu une place d'honneur.

Screenshot-439

 Si elle n'avait jamais accepté l'emprisonnement de sa fille, elle avait été la première surprise d'apprendre qu'elle allait épouser le roi. Bien évidement, l'idée de voir un jour sa fille attendre un enfant de cet homme qui avait au moins deux fois son âge la répugnait, mais elle ressentait quand même une certaine fierté devant l'image de sa fille, enfant de taverniers, aux commandes d'un pays.

 

Le peuple avait apprit à aimer la Reine aux Fleurs, et par ce biais à accepter les sorcière comme des créatures prêtes à apporter leur aide à Dragon Valley, mais malgré les mois qui passaient, aucun enfant ne semblait naître de l'union royal. Il allait sans dire que l'on commençait à parler d'une union maudite, et très vite, les chasseurs de sorcière (qui étaient sans nul doute à l'origine de ce mouvement de foule) reprirent une légère popularité. Johanna voyait son avenir comme une suite sans fin. Elle était prête à porter cet enfant, mais le destin voulait que cela ne se fasse pas. Il n'y avait pourtant rien de maudit dans cette alliance ? Comment se faisait-il que l'enfant qui hébergeait le pouvoir d'Hathor, déesse entre autre de la maternité, soit incapable de donner la vie ?

Screenshot-442

Finalement, le moment qu'elle redoutait tant arriva. Une guerre civile éclata. D'un côté, les chasseurs de sorcières, les sceptiques et ceux que la magie répugnaient. De l'autre, les admirateurs de la Reine et les sorcières. Le roi ne pouvait plus rien faire face à son royaume qui se divisait. Forcé à choisir son camp, il s'était bien évidement opposé aux chasseurs, mais ceux-ci n'avaient pas dit leur dernier mot. Dragon Valley vivait massacre sur massacre. Le premier et le plus sanglant de tous avait eut lieu dans la petite ville portuaire de Sfagí. La quasi totalité des femmes avaient été prises à parti, puis tuée à coup de fourches ou de flammes. Ce qu'on avait appelé le massacre de Sfagí c'était étendu à tout le pays. Actuellement, la capitale elle même était à feu et à sang. Personne n'aurait plus pu discerner les Hommes des créatures magiques. On tuait pour garder la vie sauve.

 

D'une fenêtre du château, Johanna voyait une colonne de fumée s'élever de la grande église. Si l'on faisait abstraction de cela, la ville paraissait bien paisible, du haut de la colline. On voyait à peine les corps qui s'entassaient sur la place du marché. Elle aurait presque pu ignorer cette guerre si les partisans des chasseurs de sorcières n'était pas d'or et déjà parvenus à entrer par la force dans le château. Il ne leurs faudrait plus que quelques petites minutes avant d'atteindre la salle du trône, où le roi et elle étaient cachés. Nerveusement, elle faisait des longueurs, d'une fenêtre à une autre afin de mieux voir le paysage flambant, réfléchissant au désespoirs à une solution qu'elle ne trouvait pas dans les pouvoirs de la déesse. Soudain, elle s'arrêta face à son époux. Elle venait soudainement de se rappeler de qui elle était : la Sirène, celle dont le chant hypnotisait. Elle le pouvait, elle était capable de faire revenir la paix, en utilisant le pouvoir de la Sirène et celui de la déesse. Cependant, il faudra que son pouvoir porte jusqu'au limites du pays, pour être entendue de tous. Là encore, c'était un effort difficile, insurmontable, mais elle en était capable. Réalisant cela, elle lui dit enfin :

 

-Je crois qu'il faut que je chante, jusqu'à en mourir.

 

Le roi resta un instant silencieux, comprenant lentement ce qu'elle entendait faire. Il l'attira alors vers lui et la serra dans ses bras alors qu'elle s'éloignait doucement.

Screenshot-454

-Il se peut que tu me haïsses, une fois que je serais morte, mais sache que tout ce que j'ai fait, je l'ai fait pour protéger les miennes.

 

Elle eut un trémolo dans sa voix, étranglée par la peur et la tristesse qu'elle ressentait pour cet époux auquel elle s'était attaché.

 

-Je suis désolée de t'avoir utilisée, mais j'ai appris à t'aimer, tu sais. C'est fini maintenant. Tu vas pouvoir reprendre ta vie... Et puis, après tout, j'ai été sacrifié au moment même où j'ai accepté de rencontrer Uinen, non ?

Screenshot-455

Une larme coula sur la joue de la jeune femme alors qu'elle se détourna pour mettre de la distance entre le roi et elle. Celui ci tenta un instant de la retenir. Les mots lui manquaient, il était incapable ne serait-ce que de comprendre sa propre situation. Alors qu'il la voyait s'éloigner, il voyait aussi les doux yeux de sa femme briller d'une étrange lueur.

Screenshot-456b

 Bientôt, seuls la douleur et la concentration pouvaient se lire sur le visage de la jeune reine, alors que sa voix grave et pure s'élevait dans l'air dans un chant funèbre. Sa voix se mit alors à résonner, de façon de plus en plus surnaturelle. 

Screenshot-457

En dehors de sa voix, le silence était retombé sur le château, puis progressivement sur la capitale. Sa voix ne portait pas plus loin mais la magie qu'elle projetait allait beaucoup plus loin, jusqu'aux confins du pays. Partout, le silence et le calme s'était abattu. Bientôt, chacun aurait le cœur apaisé et se verrait dans l'incapacité de mener une guerre, quelque soit son camp. A ce moment, les sorcières seront bien capable d'aller se cacher, ou de se dissimuler dans la foule. Et puis le roi saurait profiter du calme fragile pour agir, tout du moins, elle l'espérait.

 

C'est sur cet espoir fragile qu'elle sentit ses forces la fuir. Un voile noir vint obscurcir sa vision alors même que ses yeux perdaient tout leur éclat, prenant une teinte de glace. Elle s'écroula alors. Sa tête heurta le sol dans un bruit mât.

Screenshot-461

 


 

 

Tu perdras très cher à l'issu de cette guerre. Aussi, la déclencher est une mauvaise idée.

Il faut à tout prix empêcher les combats d'avoir lieu.

Les sorcières doivent garder l'anonymat, et elles doivent s'allier aux vaudous.

Enfin, j'ai un dernier conseil pour vous :

méfiez vous de Calliste, je sens quelques chose en lui.

 

Les derniers mots de celle qui avait été nommée à titre posthume première des Premières résonnait encore et encore dans la tête de la petite rousse alors que Calliste revenait à lui. Emil jura. Il fallait qu'elle retrouve Riley. 

Screenshot-7

Elle descendit les escaliers en courant. Tant pis si on l'entendait, elle ne pouvait plus garder le secret, la menace était trop forte. Johanna avait raison, Eira devait être avertie. De plus, elle s'inquiétait de cette menace qu'était l'homme. 

Screenshot-9

Elle franchit la porte de la chambre qu'elle partageait avec Riley. Cette dernière était adossée à son lit, encore en pleurs.

 

-Riley....

 

Emil vint s’accroupir à ses côtés.

Screenshot-13

-Riley, elle m'a parlé de ce qui va se passer, et ça sent pas bon du tout. Elle dit aussi qu'il faut qu'on se méfie de Calliste, qu'il est dangereux. On peut plus garder ça pour nous, ça devient trop important.

 

Riley se tourna vivement vers sa colocataire. Elle paraissait réticente à cette idée.

 

-Pourquoi tu voulais qu'on le ramène ici, Riley ?

 

Elle se mit à pianoter sur son téléphone : « parce qu'il est spécial, il porte quelque chose en lui »

 

-Ecoute, je sais pas de quoi tu parles, mais ça suffit maintenant, Ariane DOIT savoir.

 

Alors qu'Emil se relevait, Riley la saisit vigoureusement par le poignet. Avant de recommencer à taper : « Ne fais pas ça, stp, stp, stp ! »

 

-Pourquoi ?

 

« Parce qu'il parle avec Isaac. »

 

-Alors tu nous mets toutes en danger pour parler à ton petit ami mort ?

 

Riley baissa les yeux, alors qu'Emil la regardait avec colère. Elle jugea que le silence valait mieux que toute les conclusions du monde, et se contenta de quitter la pièce. Elle décida cependant de se renseigner sur le fameux Sfagí dont elle ignorait tout, avant de tout raconter à Ariane.

 

Elle toqua à la porte du bureau.

 

-Ariane ?

-Entre, Emil. Tu te sens mieux ? 

Screenshot-15

-Dis donc, vous en faisiez du bruit, là haut... Que se passe-t-il ?

-C'est quoi « Sfagí » ?

-Ah ? Tu ne connais pas ? C'est pourtant un événement important de l'histoire des sorcières. Tu ferais mieux d'écouter en cours, jeune fille.

Screenshot-17

Tout en parlant, Ariane se leva et s'avança vers sa bibliothèque où elle cherchait un ouvrage.

Screenshot-19

-C'était une ville portuaire qui se situait entre Hidden Spring et Stirlight shores. Elle n'existe plus aujourd'hui, parce qu'au moyen âge, elle a été le théâtre d'un des plus grand massacre de sorcière de l'histoire. Pire encore que Salem.

 

Elle trouva le livre qu'elle cherchait et ouvrit à une page précédemment marquée. L'illustration montrait des corps de femmes entassés sur un vieux ports.

Screenshot-20

-Les chasseurs de sorcières ont tué toutes les femmes de la ville. Enfant, vieilles dames, personne n'a été épargné.

-Et ensuite ?

-Johanna, la première Première, a utilisé ses pouvoirs pour arrêter le massacre qui s'étendait dans le pays. Pour Sfagí, il était déjà trop tard. Il ne restait plus qu'une poignée d'hommes dans la ville petit à petit, elle s'est entièrement vidée.

-D'accord.

 

Emil se détourna pour sortir. Elle posa la main sur la poignée de la porte, repensant à Riley. 

Screenshot-22

Ses muscles se contractèrent, dans sa réfléxion. Devait-elle tout dire à Ariane ?

 

-Oh et puis merde.

 

Avant de changer d'avis, elle fit rapidement demi-tour et refit face à la directrice.

 

-Ariane... Je crois que j'ai parlé avec Johanna, la Johanna du tableau dans le couloir.

Screenshot-26

-Comment cela pourrait être possible ?

-Disons que Riley a ramené un homme a la vie, et que lui il voit les fantôme. Alors Johanna l'a utilisé pour nous avertir, parce qu'on va provoquer un nouveau Sfagí en tuant Cynad,.

-Un homme mort... ?

Screenshot-25

-C'est Riley qui l'a trouvé, parce que les vaudous retenait son petit ami et la forçaient à espionner l'Académie, sauf qu'il est mort, et que du coup il parle avec Calliste aussi.

 

Ariane en resta bouche bée un instant. C'était Riley qui était l'espionne. Et Calliste ? Devant l'interrogation visible de Ariane, Emil se reprit.

Screenshot-24

-Calliste c'est l'homme. Riley dit qu'il dégage une aura particulière. Mais Johanna dit qu'il est dangereux. Je sais pas pourquoi.

 

Ariane avait les yeux fixés à l'arrière d'Emil, si bien que celle-ci se retourna. Elle découvrit Riley, les joues mouillées de larmes qui se détournait pour fuir à nouveau. 

Screenshot-27

Emil venait de la trahir, elle en était consciente. Ariane et elle laissèrent la dernière arrivée s'échapper une nouvelle fois. Ariane se remettait juste de toutes les révélations de la jeune rousse.

 

-On va devoir prendre compte de ses informations. On va devoir faire un choix communs, tout le monde au salon dans une heure, je convoque Eira.

 

L'ordre était donné. Les jeunes filles avaient été appelées à se réunir dans la salle à manger, où leur directrice accompagnée de l'étrange femme en blanc les avait rejoint. 

Screenshot-29

Riley était arrivée la dernière, les yeux encore rougis de larmes. Elle passait la plus grande partie de son temps à envoyer milles et uns regards haineux en direction de celle qui était son amie et qui l'avait trahit. Emil, elle, baissait honteusement les yeux dès lors que leurs regards se croisaient. Elle avait avoué l'existence de Calliste, elle avait parlé d'Isaac, elle avait parlé de l'espionnage. Tout ce pour quoi Riley avait pu lui faire confiance venait d'être exposé au grand jour, et en un sens, elle le regrettait.

Screenshot-35

Écoutant le résumé des informations qu'Emil lui faisait, Eira se montra vite choquée de l'attitude de la petite brune. Contre toute attente, ce fût Milah qui prit sa défense, clamant à qui voulait bien l'entendre qu'elle avait juste fait de son mieux pour protéger celui qu'elle aimait, et que même malgré ça, il était mort. 

Screenshot-36

Elle attrapa ensuite la main de la jeune fille pour la réconforter. Cet attention avait surpris l'assemblée, mais toute voyait bien que le rejet que subissait Riley en cet instant était le même que celui qu'avait subit Milah pendant des années par ses parents.

 

Ariane souffla. Il était temps de quitter le sujet de Riley, il ne servait à rien de lui faire plus encore de mal : Milah avait raison. Elle décida qu'elle choisirait elle-même d'une punition pour l'enfant, mais seulement lorsqu'elle en aurait le temps. Elle décida de continuer à questionner Emil sur la prophétie de Johanna :

 

Screenshot-30

-Elle a dit que tuer Cynad serait dangereux pour nous ?

-Elle a dit que ça nous révélerait au grand jour. Elle disait qu'il valait mieux s'unir aux vaudouistes.

 

La voix d'Eira leurs parvint :

 

Screenshot-32

-C'est impossible...

 

Ariane regardait impassiblement Emil, puis Eira. Ce fut la rousse qui enchaîna :

 

-C'est ça ou un nouveau massacre pour nous comme pour les gens normaux. Et c'est pas ce que je veux.

Screenshot-37

-Ne te méprend pas, jeune fille, ce n'est pas non plus mon attention, mais pour autant, il n'y a rien que je puisse faire. Ma sœur attend patiemment que je viennes à elle pour obtenir une raison de déclencher une guerre entre nos clans... C'est de ma faute, j'ai trop fait durer cette tension. J'aurais dû m'en occuper il y a bien longtemps et ainsi éviter tout dommages collatéraux.

 

Un silence s’abattit sur la pièce. Elena éleva timidement la voix.

 

-Ça veut dire que....

-Ça veut dire que nous avons le choix entre subir une attaque de Cynad ou lui en infliger une.

 

Emil ouvrit grand ses yeux.

 

-Non, on perdra quoiqu'il arrive si on fait ça ! Il faut qu'on s'entraide ! Ou ce sont les autres qui vont nous tuer !

-Il est hélas beaucoup trop tard pour les alliances. Je sais les risques auxquels nous nous exposons, mais avons nous seulement le choix ?

 

Elle laissa planer un temps de réflexion pour les jeunes filles qui lui faisait face et pour sa fille qui semblait douter. Puis, elle se redressa et regarda chacune des enfants qui lui faisait face dans les yeux avant d'ajouter, froidement :

Screenshot-38

-Mesdemoiselles, nous sommes en guerre.

 



 

Et voilà! L'ordre est lancé, c'est officiellement la guerre! 

I'm soooo excited! (c'est un peu déplacé, mais tant pis :) ) Enfin, ça va bouger un peu! Une idée de ce qui va se passer? Celui ou celle qui a le scénario le plus proche du mien gagne un cookie ;)

Bref, je reviens aux choses sérieuses:

Cette épisode était celui supposé ce centrer sur Johanna (vous vous souvenez? Il était trop long alors j'ai commencé son histoire sur le chapitre d'il y a deux semaines)

Qu'est-ce que j'ai à dire sur Johanna, la Sirène, la reine aux fleurs, la première des Premières, si ce n'est qu'elle a presque autant de noms que Daenerys Targaryen? Son nom à pour origine Once Upon A Time, comme je vous l'avez déjà dit, mais aussi de Johanna Mason, de Hunger Games... Allez, un petit effort, je suis sûre que vous savez de qui je parles... Non? La fille qui se désape totalement dans l'ascenseur? 

johannaJ'ai une grande passion pour ce genre de personnages, forts et insolents! 

J'en profite pour vous demander: Vous trouver une ressemblance entre ma Johanna et celle du tableau? J'ai fait de mon mieux, mais je suis pas hyper douée avec les sims ressemblants...

Capture

On a aussi eut droit à une petite intervention divine de Hathor! Hihi, t'as vu, Maé? Grâce à moi, les divinités egyptiennes cohabitent avec le monde de Calliste, et donc avec la mythologie grecque... C'est pas beau ça? 

Hathor est la déesse egyptienne céleste de l'amour et de la fête, de la beauté, de la musique, de la maternité, de la joie et de tout plein d'autres trucs chouettes. J'ai essayé d'être aussi fidèle que possible aux peintures représentant la déesse, mais c'est pas évident...(toujours l'histoire des sims ressemblant...pas mon domaine!)

Et enfin Sfagi! La fameuse Sfagi! Elle vous avait bien fait réfléchir, cette ville, n'est-ce pas? Ce n'est pourtant qu'un symbole dans l'histoire des sorcières. Une autre Salem. D'ailleurs, je voulais réutiliser Salem, à l'origine, mais l'époque ne coïncidait pas, alors j'ai modifié un peu mon histoire. Ici, le massacre de Sfagi et l'histoire de Johanna se passent "à l'aube des temps", des centaines d'années avant Salem. Un temps oublié, en somme.

Si vous êtes assez curieux pour mettre "Sfagi" dans google traduction, vous verrez tout de suite que cela signifie "massacre" en grec. C'était un gros indice comme je les aime que je vous avais laissé sur l'histoire de Johanna! C'était comme vous mettre la réponse en grosses lettres clignotantes juste sous votre nez, c'était trop bien que personne ne l'ai vu, j'en suis assez fière :) Verrez vous mes prochains indices cachés en lettre clignotantes?

 

Voilà pour cette semaine! Je vous dit à dans deux semaines pour rejoindre la bataille qui se prépare :)